Un caporal du Commando Parachutiste de l’Air n°20 tué accidentellement au Niger (MàJ)

Un caporal du Commando Parachutiste de l’Air n°20 a été mortellement blessé par le tir accidentel déclenché par un autre militaire français, dans l’après midi du 26 décembre, sur la base aérienne nigérienne 101, à Niamey.

Après avoir reçu les premiers soins sur le lieu de l’accident, l’aviateur a été évacué vers une structure médicale de Niamey. Il est malheureusement décédé des suites de ses blessures lors de son admission. Une enquête pour déterminer les causes de cet accident a été confiée aux gendarmes  « présents au sein des forces françaises engagées en opérations ».

Plus tard, l’armée de l’Air a indiqué que l’aviateur victime de cet accident était le caporal Thomas Guillebault. Originaire de Tourcoing (59), il s’était engagé à l’âge de 18 ans, en mars 2011, et avait intégré directement la filière des commandos-parachutistes. Il avait rejoint le CPA n°20 en août 2012.

« Estimé de sa hiérarchie car remplissant parfaitement les missions qui lui étaient confiées, il participe notamment à une opération au Tchad de février à juin 2013. Caporal depuis le 1er avril de cette année, il avait été envoyé depuis septembre 2013 au Niger pour assurer la protection du dispositif français engagé dans l’opération Serval », explique le Sirpa Air.

Le CPA n°20, basé à Dijon, participe à la protection du détachement de l’armée de l’Air déployé à Niamey. C’est en effet depuis la capitale nigérienne que sont mis en oeuvre, dans le cadre de l’opération Serval, notamment, les drones MALE  Harfang de l’escadron 1/33 Belfort. Ce dernier recevra très bientôt ses deux premiers MQ-9 Reaper acquis auprès des Etats-Unis.

Depuis le lancement de l’opération Serval, le CPA 20 est très sollicité. Il avait ainsi fourni une équipe de contrôle tactique air (CTA) et une équipe d’appui aérien (TACP – tactical air control party) au Groupement tactique interarmes (GTIA) 1 pour accompagner ce dernier dans sa marche vers Tombouctou.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].