L’aviation polonaise va acquérir 8 avions d’entraînement Alenia Aermacchi M-346

Le ministère polonais de la Défense a annoncé, le 23 décembre, avoir choisi l’avion d’entraînement italien M-346 d’Alenia Aermacchi (filiale de Finmeccanica) pour la formation de ses pilotes de combat. Ces appareils remplaceront les PZL TS-11 Iskra en service depuis les années 1960.

« L’offre la plus favorable a été déposée par la société Alenia Aermacchi », a-t-il expliqué, par voie de communiqué. Cependant, la décision sera définitive une fois qu’un « processus supplémentaire de vérification de l’offre » sera terminé.

La commande polonaise porte sur 8 avions M-346, avec une option d’achat de 4 autres exemplaires, ainsi que sur des simulateurs de vol et un soutien logistique. Son montant serait de 280 millions d’euros environ.

Le M-346 avait précédemment été choisi par Israël, Singapour et l’Italie. Dans le cadre de l’appel d’offres polonais, il était confronté au Hawk de BAE Systems et au T-50 de Korean Aerospace Industries. Ces deux sociétés ont une dizaine de jours pour contester l’issue de l’appel d’offres. A noter que le constructeur tchèque Aero Vodochony, qui misait sur son L-159, s’était retiré de la compétition en juin dernier, estimant que le processus d’acquisition était « chaotique ».

En France, où la question du remplacement des Alphajet va se poser, l’achat de M-346 n’est pas à l’ordre du jour. Pour son projet Cognac 2016 et la différenciation de l’entraînement de ses pilotes, l’armée de l’Air pencherait pour le Pilatus PC-21 .

Cependant, Alenia-Aermacchi, avec son monoréacteur M-345 HET, qui, selon ses dires, devrait « afficher un coût d’acquisition inférieur » à l’appareil suisse » et qui serait « aussi plus économique à mettre en oeuvre », pourrait avoir finalement les faveurs des aviateurs français. Cet appareil a été conçu pour venir en complément du M-346, qui se situe en haut de la gamme de cette catégorie d’avions.

Par ailleurs, Finmeccanica termine bien l’année puisque sa filiale Agusta-Westland a obtenu, le 19 décembre, un contrat portant sur la livraison de 16 hélicoptères AW-101 en version recherche et sauvetage auprès de l’aviation royale norvégienne, pour un montant total de 1,15 milliard d’euros (formation et soutien logistique compris).

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].