L’US Army a testé avec succès un laser anti-aérien mobile

Les romans et les films de science fiction l’avaient imaginé : l’armée américaine est en train de le réaliser. Dans un communiqué, l’US Army Space and Missile Defense Command (SMDC) a en effet annoncé avoir testé avec succès un laser mobile de grande puissance destiné à détruire des cibles aériennes.

Ainsi, du 18 novembre au 10 décembre, sur le polygone de White Sands (Nouveau-Mexique), le HEL MD (High Energy Laser Mobile Demonstrator), c’est à dire le démonstrateur laser à haute énergie, a réussi à détruire 80 obus de mortier et plusieurs drones. « Ces armes et les drones, sont représentatifs de la menace rencontrée par les forces américaines et alliées sur le champ de bataille », a fait valoir le SMDC;

Développé depuis 2007 par Boeing, ce laser, d’une puissance de 10 kilowatts pour le moment, est monté sur un camion de la gamme HEMTT (Heavy Expanded Mobility Tactical Truck) du constructeur Oshkosh. Fonctionnant avec un radar multi-modes, le directeur de faisceau est intégré dans une tourelle pouvant pivoter sur 360 degrés.

Ce programme, qui a bénéficié d’une enveloppe de 12,4 millions de dollars dans le budget 2013, ne va pas en rester là puisque l’US Army entend augmenter la puissance du HEL MD à 50 kw dans un premier temps, puis à 100 kw, ce qui permettra d’en augmenter ses capacités, notamment au niveau de la portée.

L’intérêt de l’armée américaine pour les armes laser est relativement ancien. L’US Navy a ainsi annoncé qu’un tel système serait déployé à bord de l’USS Ponce à partir de 2014. « Le laser à semi-conducteurs est un grand pas en avant et les armes à énergie dirigée vont révolutionner la guerre moderne, comme la poudre l’a fait à l’époque où l’on se battait avec des épées et des poignards », avait alors commenté un responsable de l’Office of Naval Research.

Quant à l’US Air Force, si elle a mis un terme aux programmes YAL-1A et Advanced Tactical Laser (ATL), qui consistaient à doter un appareil (Boeing 747 pour le premier, NC-130 pour le second) d’armes à énergie dirigée, la Darpa, l’agence de recherche du Pentagone, a récemment lancé deux projets , le HELLADS (High Energy Liquid Laser Area Defense System) et l’ABC (Aero-Adaptive/Aero-Optic Beam Control), visant à équiper les avions de combat d’armes et de systèmes défensifs laser.

L’avantage de ces armes à énergie dirigée, outre leur précision et leur efficacité, est que leur mise en eouvre est peu coûteuse. Nul besoin, en effet, de tirer des missiles classiques pour abattre un aéronef… étant donné qu’elles fonctionnent avec de l’électricité. Ainsi, un tir revient à 1 dollar. Cependant, elles ont un inconvénient de taille : pour bien fonctionner, il faut que les conditions météorologiques le permettent. Ce qui ne sera évidemment pas toujours le cas.

L’Europe n’est pas à la traîne dans ce domaine. Ainsi, MBDA mène, pour le compte de l’Agence européenne de défense (AED) le programme AD-HELW (Air Defense – High Energy Laser Weapon). Et Rheimetall Defence a réalisé des essais concluants de son démontrateur HEL (high-energy laser, laser à haute énergie) en décembre 2012.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.

Commentaires

  1. de Le Suren

    Répondre

  2. de Frédéric

    Répondre

  3. de Philippe

    Répondre

  4. de Marcel

    Répondre

  5. de Wrecker

    Répondre

  6. de Adrien

    Répondre

  7. de Frédéric

    Répondre

  8. de fred75

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>