Archives quotidiennes : mercredi, 11 décembre, 2013

Les casques bleus à l’offensive contre des rebelles rwandais au Nord-Kivu

En novembre dernier, les rebelles du M23, responsables de nombreuses exactions au Nord-Kivu, étaient contraints de rendre les armes après avoir subi plusieurs revers militaires successifs face aux casques bleus de la Mission des Nations unies en République démocratique du Congo (Monusco) et des  forces armées congolaises (FARDC). Pour autant, le travail était alors loin

La Loi de programmation militaire prend en compte les risques liés au « changement climatique »

Initialement, le rapport annexé au projet de Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019 précisait la liste des risques et des menaces pouvant affecter la sécurité de la France ainsi que celle de ses partenaires. De la probabilité d’une guerre inter-étatique que « notre défense ne saurait ignorer », aux vides sécuritaires causés par les Etats faillis (la

La Belgique examine un soutien logistique à l’opération Sangaris

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, l’a maintes fois répété, à l’Assemblée nationale, lors du débat portant sur l’engagement des forces françaises en Centrafrique, dans le cadre de l’opération Sangaris : « la France n’est pas seule » car « elle bénéficie de tous les soutiens politiques des membres du Conseil de sécurité des Nations unies qui ont adopté

La Loi de programmation militaire prévoit une clause de sauvegarde en cas de défaut sur les recettes exceptionnelles

Miser sur des recettes exceptionnelles (REX) pour équilibrer une Loi de programmation militaire (LPM) peut s’avérer hasardeux étant donné leur caractère aléatoire. Pour la période 2014-2019, leur montant devrait être de 6,1 milliards d’euros, soit deux fois plus par rapport à ce qu’avait prévu le précédent gouvernement pour les 5 dernières années. Il suffit de

Le financement de l’opération Sangaris par l’Union européenne en débat à l’Assemblée

A quelques exceptions près, l’ensemble de la classe politique française soutient l’opération Sangaris. « Il était temps d’agir (…) Ici même à Bangui près de 400 personnes ont été tuées. Il n’était plus le temps de tergiverser », a encore fait valoir le président Hollande, le 10 décembre, lors d’une courte visite en Centrafrique. Mais, inévitablement, la