Décès de l’abbé Georges Lapouge, grande figure des réseaux de renseignement de la Résistance

Il était le « dernier chef de réseau de renseignement des services spéciaux français pendant la Seconde Guerre Mondiale », si l’on en croit  l’Amicale des anciens des services spéciaux de la défense nationale (AASSDN). L’abbé Georges Lapouge, 99 ans, s’est éteint le 27 novembre.

Bien que les services de renseignement de l’armée française (SR, 2e Bureau) soient officiellement dissous après l’armistice du 22 juin 1940, ils poursuivent néanmoins leurs activités dans la clandestinité.

C’est ainsi que Georges Lapouge, alors séminariste, devient chef de mission avec le grade de capitaine. Il crée, en 1941, en liaison avec le SR, un réseau de plus de 500 agents couvrant la Bretagne, le nord de la France, la Belgique et le sud des Pays-Bas, afin de pouvoir recueillir le maximum d’informations sur l’ordre de bataille allemand.

Le 31 décembre 1941, Georges Lapouge est arrêté une première fois à la frontière belge. Il parvient cependant à s’évader pour tomber à nouveau dans les mains de la Gestapo, à Paris, quelques semaines plus tard. Là encore, il parviendra à s’échapper et à rejoindre Alger via l’Espagne.

En janvier 1944, le séminariste est parachuté en Haute-Loire afin de réorganiser les réseaux de renseignement français, notamment celui appelé « Manipule », qui compte alors 600 agents actifs. La même année, Georges Lapouge est mis à la disposition de l’Office of Strategic Services (OSS, l’ancêtre de la CIA) par la Direction générale des études et recherches (DGER, ancienne DGSS, elle même résultat de la fusion entre le BCRA de la France Libre et les SR de Vichy ayant rejoint Alger).

Grâce à ses réseaux, il transmets de nombreux renseignement sur les forces allemandes présentes dans le sud de la France, ce qui sera d’un apport précieux pour la planification de l’opération Anvil Dragoon, c’est à dire le débarquement en Provence en août 1944.

Ordonné prêtre après la guerre, l’abbé Lapouge était officier de la Légion d’Honneur ainsi que de l’Ordre de Léopold II et titulaire de la Croix de Guerre 1939-45 et de la médaille de la Résistance française.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.

Commentaires

  1. de Mouilhayrat

    Répondre

  2. de kellermann

    Répondre

  3. de Wrecker

    Répondre

  4. de Arnaud

    Répondre

  5. de altman

    Répondre

  6. de platoon94

    Répondre

  7. de Bob62

    Répondre

  8. de ghislain

    Répondre

  9. de Marcel

    Répondre

  10. de Sempre en Davant

    Répondre

  11. de Le Suren

    Répondre

  12. de petithome

    Répondre

  13. de CHABANON François

    Répondre

  14. de BONNET Xavier

    Répondre

  15. de Myshl Mabelle

    Répondre

  16. de GJM

    Répondre

  17. de ghislain

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>