Pour le maire de Jussy, « mercenaire » n’est pas un terme péjoratif

Deux jours après la polémique déclenchée par les propos qui lui ont été prêtés lors des commémorations du 11 novembre, le maire de Jussy (Aisne), Richard Trépant, a quand même fini par s’expliquer dans les colonnes du Courrier Picard, le quotidien qui a évoqué en premier cette affaire.

Pour rappel, Richard Trépant, qui n’est plus encarté à l’UMP, a-t-il tenu à préciser, est accusé d’avoir refusé une minute de silence en mémoire des 7 militaires tués lors de l’opération française au Mali, cette année, allant jusqu’à les qualifier de « mercenaires ».

Après avoir accusé, à son tour, le Courrier Picard d’avoir « donné une interprétation grotesque et délirante » de ses propos, le maire de Jussy a toutefois admis avoir justement dit ce qui lui est reproché. « Oui, j’ai employé le mot mercenaires à propos des militaires de carrière morts au Mali », a-t-il reconnu. Mais pour lui, « ce mot n’est pas péjoratif ».

Un mercenaire n’est qu’un soldat qui sert un gouvernement étranger contre l’argent. Il se bat pour celui qui le paye le plus. Le contraire du militaire engagé, qui lui, se bat et meurt pour la France! Sans doute une nuance qui, même si elle est de taille, a dû échapper au maire de Jussy. En tout cas, l’utilisation de ce mot montre la considération qu’il leur porte.

Quant à ses propos sur la Première Guerre Mondiale, Richard Trépant assure qu’ils ont été sortis de leur contexte. Prétextant avoir rédigé son propre discours étant donné qu’il n’avait pas reçu le texte du ministre délégué aux Anciens combattants traditionnellement lu à cette occasion, il a expliqué s’être inspiré d’un article paru dans Le Figaro.

« Avec cette idée que ce qui est tristement mémorable est difficilement commémorable (ndlr, la formule est de l’historien Robert Frank), j’ai parlé des vieux cons et des bernés », se justifie-t-il. Et ce conclure : « Un mot tout seul ne veut rien dire. Mais j’ai peut-être eu tort d’employer celui de mercenaire ». Non, Mr Trépant. Pas peut-être! Mais sûrement!

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].