Un important chef jihadiste somalien visé par une frappe aérienne

Au début du mois, un raid de forces spéciales américaines avait visé Abdulkadir Mohamed Abdulkadir alias « Ikrima », le chef des combattants étrangers des milices jihadistes Shebab, alors qu’il se trouvait à Barawe, au sud de Mogadiscio. Le sort de ce Kényan d’origine somalienne, recherché pour ses liens avec les responsables des attentats de Dar-es-Salaam et de Nairobu d’août 1998, reste inconnu.

En revanche, même si aucune confirmation n’a été donnée les Shebab, un autre dirigeant de cette organisation proche d’al-Qaïda, Ibrahim Ali Adbi, alias Anta-Anta, a semble-t-il été tué par une frappe aérienne effectuée au moyen d’un drone, au cours de la soirée du 28 octobre

Ainsi, ce chef des Shebab, connu pour être l’un des principaux planificateurs d’attentats suicide, circulait à bord d’un véhicule qui a été détruit par un missile tiré par un drone près de Jilib, dans la région de Moyenne-Juba, à environ 350 km au sud de la capitale somalienne.

« Cet homme a joué un rôle important dans la mort de civils innocents et sa mort va permettre de ramener la paix, a commenté, sur les ondes de Radio Mogadiscio, le ministre somalien de l’Intérieur, Abdikarin Hussein Guled.

Un responsable américain a confirmé, sous le couvert de l’anonymat, que le frappe ayant visé Anta-Anta avait bel et bien été effectuée par un drone. Les Etats-Unis disposent d’une base à Djibouti à partir de laquelle ils mettent en oeuvre les appareils de ce type pour des missions en Somalie ou au Yémen.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].