Le système Louvois est encore responsable de plus de 50% d’erreurs dans le paiement des soldes

Pendant l’été, le Logiciel unique à vocation interarmées de la solde (Louvois) a encore fait des siennes. Et pas qu’un peu! En effet, selon le chef d’état-major des armées (CEMA), l’amiral Edouard Guillaud, qui évoqué le sujet lors d’une audition devant la commission sénatoriale des Affaires étrangères et des Forces armées, le taux d’erreurs concernant le paiement des soldes (les salaires) des militaires ont dépassé les 50% à la fin du mois dernier.

« Il y a un an, je disais qu’il fallait changer de calculateur. J’ai une certaine expérience en informatique et en matière de grands systèmes. Cela a été une partie de ma formation et de ma pratique d’officier », a d’abord rappelé le CEMA. « Nous sommes sûrs que le calculateur lui-même -coeur du système- est déficient. Il y en un an, c’était encore une querelle d’experts. Maintenant, tout le monde est d’accord. Il faut donc faire quelque chose », a-t-il affirmé.

Alors que la communication du ministère de la Défense au sujet des dysfonctionnements liés à Louvois s’est davantage portée sur les sommes trop perçues par les militaires qui en sont les victimes, l’amiral Guillaud a tenu cependant à souligner que Louvois commence à coûter cher. « On dépasse largement les 100 millions d’euros d’indus! », s’est-il emporté.

Quoi qu’il en soit, les options sont limitées. Comme le soulignait un récent rapport parlementaire, et comme aucun plan B n’a été prévu, soit on continue avec ce logiciel, soit on repart de zéro avec un autre programme. Il reviendra au ministre de trancher en fonction des conclusions des audits en cours.

En tout cas, si la seconde alternative est choisie, elle coûtera « plusieurs dizaines de millions d’euros non budgétés », a assuré l’amiral Guillaud. « Ce sera donc sous enveloppe », donc aux dépens du financement d’autres programmes,  et « trois ans son nécessaires » a-t-il poursuivi. « Je ne suis donc vraiment pas enthousiaste! », a-t-il conclu sur ce sujet.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].