Mali : L’opération Serval en chiffres

Lor du déplacement de Jean-Yves Le Drian, à Bamako, à l’occasion de la fête nationale malienne, le ministère de la Défense a communiqué un bilan chiffré de l’opération Serval, déclenchée le 11 janvier dernier afin de mettre un coup d’arrêt à la progression des groupes jihadistes qui s’étaient établis dans le nord du pays.

Ainsi, au 1er août 2013, les troupes françaises engagées dans cette opération et dont les effectifs se sont élevés jusqu’à 4.500 hommes, ont saisi 220 tonnes de munitions, dont 30 tonnes ont été reversées aux forces armées maliennes (FAMA). Dans le détail, ce sont donc 1.300 grenades, 1.000 roquettes, 7.700 obus, dont 500 de mortiers, 20 bombes  et 200 mines et engins explosifs improvisés (IED) qui ont été récupérés.

Côté armement, la force Serval a mis la main sur 100 fusils, 150 mitrailleuses, 30 lance-roquettes, 20 mortiers, 20 canons et 3 missiles sol-air SA-7. Pour compléter ce tableau, plus de 12 tonnes de nitrate d’ammonium, produit qui permet de réaliser des bombes artisanales, ont été saisis, de même que 9.000 litres de gasoil et d’essence. et 200 « moyens de communication ».

Le bilan donné par le ministère de la Défense met aussi l’accent sur « la prouesse logistique » de l’opération Serval. Ainsi, 9.170 tonnes et 500 personnels ont été acheminés par voie maritime (en passant par le Sénégal).

Deux fois plus de matériels ont été transportés par voie aérienne stratégique (18.500 tonnes en 480 rotations). Quant aux mouvements aériens intra-théâtre, ils ont permis d’acheminer 3.500 tonnes de fret et 15.600 personnels, le tout en plus de 1.600 missions, dont 30% réalisées par des moyens alliés. Les militaires de l’arme du Train ne sont pas en reste non plus : ils ont parcouru plus de 3 millions de kilomètres depuis le début de l’opération.

En tout, plus de 17 millions de litres de « carburant aéronautique » et 3 millions de litres d’essence et de gasoil ont été consommés.

Quant au bilan humain de l’opération, l’on savait déjà que 7 militaires français ont malheureusement perdu la vie depuis le 11 janvier. L’Hôtel de Brienne précise que 20 autres ont été blessés lors « d’actions cinétiques », c’est à dire au combat.

Les commentaires sont fermés.