La DGA prend livraison du premier Rafale de la tranche 4

Le 121e avion Rafale des forces aériennes françaises, un biplace immatriculé B-339, a été réceptionné par la Direction générale de l’armement (DGA), le 12 septembre dernier. Il s’agit surtout du premier des 60 appareils de 4e tranche de production, c’est à dire qu’il est équipé en série du radar RBE2 AESA (radar à balayage électonique 2 plans – Active Electronically Scanned Array), à antenne active, du détecteur départ missile nouvelle génération (DDM NG) et de l’optronique secteur frontal « Identification et Télémétrie.

« C’est l’aboutissement de plus de 10 ans d’efforts de R&D sur les antennes actives », fait valoir la DGA, dans le communiqué qu’elle a diffusé. Le premier Rafale équipé du radar RBE2 AESA lui avait été livré en octobre 2012.

Ce nouvel équipement, développé par Thales, est constitué par des milliers de capteurs appelés Transmitter Receiver Module (TRM), ce qui le rend plus fiable grâce à la redondance de ces derniers. Ainsi, il est possible d’utiliser ce radar pendant 10 ans, « sans intervention de maintenance ».

Mais le plus intéressant concerne bien évidemment le domaine opérationnel. Le RBE2 AESA peut en effet travailleur sur plusieurs fréquences, ce qui le rend plus discret et moins sensible au brouillage adverse, tout en étant en mesure de repérer des objectifs à signature radar réduite, qui plus est sur une plus longue distance.

Le Rafale qui vient donc d’être livrée à la DGA sera mis en service au sein de l’armée de l’Air. Il devrait prochainement rejoindre la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan.

Actuellement, 180 avions Rafale ont été commandés et 121, donc, ont été livrés dans 3 versions : 38 monoplace « M » pour la chasse embarquée, 39 biplaces « B » et 44 monoplace C pour l’armée de l’Air.

La prochaine Loi de programmation militaire, en cours d’examen au Parlement, prévoit la livraison de seulement 26 appareils au cours des 5 prochaines années. Ce qui risque de mettre en péril le programme si jamais aucun contrat à l’exportation n’est signé dans les 2 ou 3 prochaines années, étant donné que Dassault Aviation doit impérativement sortir 11 exemplaires par an pour faire tourner ses chaînes d’assemblage.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].