L’étalement des programmes FREMM et Barracuda va coûter cher

Pour faire des économies sur la trésorerie du ministère de la Défense, la prochaine Loi de programmation militaire (LPM) prévoit d’étaler dans la durée les grands programmes d’armement, dont certains sont déjà lancés. Or, cette solution a déjà été appliquée par le passé et elle n’a pas apporté les effets escomptés. Aussi, l’on ne voit pas comment il en sera de même à l’avenir…

Invité à s’exprimer devant les députés de la commission de la Défense nationale et des forces armées, le Pdg de DCNS, Patrick Boissier, a ainsi livré quelques chiffres qui devraient faire réfléchir. Actuellement, le chiffre d’affaires du constructeur naval se décompose en trois tiers : le maintien en condition opérationnelle (MCO), les sous-marins et les navires de surface.

Si le projet de LPM « préserve l’essentiel », selon Patrick Boissier, il n’en reste pas moins qu’elle ne présente « plus aucune marge de manoeuvre », ce qui ne manquera pas d’avoir d’impact sur l’activité de son groupe. Pour le MCO, ses effets ne se feront pas sentir dans l’immédiat. En revanche, il en ira autrement pour les deux principaux programmes dont DCNS a la charge, à savoir les sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) de la classe Suffren ( Barracuda) et les Frégates multimissions (FREMM).

Pour ce qui concerne le programme Barracuda, la LPM a maintenu l’objectif de mettre en service 6 SNA, mais en étalant la cadence des livraisons sur deux ans supplémentaires. Autrement dit, le dernier submersible de cette classe sera opérationnel non pas en 2027 comme il était intialement prévu, mais en 2029.

Ce glissement dans le calendrier ne sera pas neutre puisque l’emploi de 200 personnes sera menacé dès 2014 et celui de 500 autres par la suite. Et question argent, il coûtera la bagatelle de 300 millions d’euros. Qui plus est, il risque de poser des problèmes en matière de maintien des compétences industrielles, et donc, à terme, la capacité de la France à pouvoir assembler ses propres sous-marins. Comme l’a rappelé Patrick Boissier, ce cas de figure s’est imposé au Royaume-Uni et, depuis, les Britanniques ont été contraints de faire appel aux Etats-Unis pour leur programme Astute.

Pour tenter d’éviter d’en arriver là, le patron de DCNS compte sur le lancement du programme de sous-marin nucléaire lanceur d’engins de nouvelle génération (SNLE NG) ainsi que sur le projet de centrales nucléaires sous-marines.

L’autre programme concerné est celui des 11 FREMM. A ce sujet, et Patrick Boissier l’a relevé, la LPM n’est « pas explicite » à son sujet. Cependant, il est prévu de doter la Marine nationale de 6 frégates multimissions d’ici 2019 (l’Aquitaine a été livrée, la Normandie va entamer ses essais et la Provence a été mise à l’eau ce 18 septembre). Deux autres, plus portées sur la défense aérienne (FREDA), seront prévues par la suite. Quant aux 3 dernières, rien n’est encore acquis.

Contractuellement, DCNS devait jusqu’à présent livrer une FREMM tous les 10 mois. Or, le projet de LPM prévoit au minimum d’ajouter 4 mois de plus entre chaque livraison. Coût de cette mesure : 450 millions d’euros, soit le prix d’une frégate ou d’un Bâtiment de projection et de commandement (BPC)!

« Le passage de 17 à 11 FREMM (ndlr, prévu par la LPM 2009-2014) avait déjà coûté l’équivalent d’une frégate. Le décalage de livraison de sept à dix mois, une frégate supplémentaire. Si l’on passe de 10 à 14 mois, alors tout cela aura coûté le prix de trois frégates », a expliqué Patrick Boissier, qui a évalué l’impact sur l’emploi à 500 postes si aucun marché à l’exportation n’est décroché.

Mais ce n’est pas fini. Si, pour une raison quelconque, il est décidé de ne pas construire les 3 dernière FREMM, alors la facture s’alourdirait de 900 millions d’euros supplémentaires, soit l’équivalent de deux frégates.

Au total, l’étalement des programmes Barracuda et FREMM devrait coûter jusqu’à 1,2 milliard d’euros. Et cela, sans compter les conséquences sur l’emploi et les dépenses sociales qu’il faudra consentir pour indemniser les nouveaux chômeurs.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.

Commentaires

  1. de vinceb

    Répondre

  2. de vinceb

    Répondre

  3. de alexWF

    Répondre

  4. de jag

    Répondre

  5. de Philippe

    Répondre

  6. de MP3

    Répondre

  7. de mich

    Répondre

  8. de Marcel

    Répondre

  9. de Radionucléide

    Répondre

  10. de Sempre en Davant

    Répondre

  11. de Frédéric

    Répondre

  12. de Jym

    Répondre

  13. de MP3

    Répondre

  14. de Gwydyon

    Répondre

  15. de Jym

    Répondre

  16. de Casimir

    Répondre

  17. de Philippe

    Répondre

  18. de Nenel

    Répondre

  19. de Marcel

    Répondre

  20. de Marcel

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>