Décès d’un militaire français à Kaboul (MàJ)

Contrairement aux pratiques habituelles dans ce genre de circonstances, cette information n’a fait l’objet d’aucune communication officielle. Et pourtant, le 5 août dernier, un sous-officier de l’armée de l’Air, Gwénaël Thomas, a perdu la vie à l’aéroport de Kaboul.

D’après le faire-part de décès publié quelques jours plus tard par sa famille, ce spécialiste du transit aérien est mort à l’âge de 39 ans dans « l’exercice de ses fonctions ». Les circonstances de ce drame ne sont pas connues.

Originaire de Redon, ce militaire était un ancien « arpète » de l’Ecole d’enseignement technique de Saintes puis de l’Ecole de formation des sous-officiers de l’armée de l’air.

Ce décès porte à 89 le nombre de militaires français morts en Afghanistan. Ce sous-officier est le second aviateur à avoir perdu la vie dans ce pays, le premier étant le caporal chef Sébastien Planelles, du CPA 10.

Actuellement, 500 militaires français sont encore présents sur le théâtre afghan afin d’assurer le commandement de l’aéroport et le fonctionnement de l’hôpital médico-chirurgical de Kaboul ainsi que pour des missions de formations au profit des forces afghanes.

MàJ : Selon l’Etat-major des armées, une enquête a été confiée à la gendarmerie pour déterminer la cause du décès de ce sous-officier, qui n’est a priori pas dû à une attaque. Aucune annonce n’a été faite au moment des faits, en raison, justement, des investigations en cours.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].