Des A-400M pourraient être revendus

Combien d’exemplaires de l’avion de transport tactique A-400M « Atlas » les forces aériennes espagnoles vont-elles pouvoir mettre en oeuvre? Pour le moment, Madrid a commandé 27 appareils. Seulement, d’après Reuters, le gouvernement espagnol compte revoir ce chiffre à la baisse étant que les besoins ont été finalement évalués à seulement 14 unités.

Aussi, l’idée qui circule est que l’Espagne pourrait revendre une partie des appareils devenus superflus à un autre pays. Et, selon des « sources proches du dossier », cette option serait aussi envisagée chez d’autres clients de l’A400M dont l’Allemagne et… la France, qui vient de recevoir son premier exemplaire.

Initialement, Paris a commandé 50 A400M, ce qui couvre exactement les besoins définis par le dernier Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale (LBDSN). D’après la Loi de programmation militaire (LPM), qui traduit ce document en termes budgétaires, 15 appareils seront livrés d’ici 2019.

« Je n’ai pas fait mes arbitrages pour savoir ce qu’il y aura après 2019″, a déclaré, le 2 août, Jean-Yves Le Drian, le ministre français de la Défense. « Le nombre d’A400M sur le total d’avions de transport dont nous aurons besoin n’est pas fixé », a-t-il ajouté. Interrogé en juin dernier à ce sujet sur le plateau de BFM TV, le locataire de l’Hôtel de Brienne était resté vague, en laissant entendre, toutefois, qu’il n’y aurait pas de réduction d’appareils commandés.

Quant à l’Allemagne, la revente de 13 avions sur les 53 attendus par la Luftwaffe est déjà actée étant donné que le Parlement en avait fait une condition pour approuver la commande initiale.

Reste que ces arrangements vont inévitablement créer de nouvelles difficultés, notamment pour ce qui concerne la gestion des redevances sur les exportations, sur lesquelles ont été gagées des aides publiques destinées au constructeur quand il s’était agi de renégocier le contrat qui permit, en novembre 2010, de sauver le programme A400M.

Pour le moment, la Malaisie est le seul client à l’export de l’avion européen, avec 4 exemplaires commandés. Le patron d’Airbus Military, Domingo Urena, a récemment estimé que 400 appareils pouvaient être vendus à l’étranger dans sur 30 ans.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.

Commentaires

  1. de Mouilhayrat

    Répondre

  2. de mamour

    Répondre

  3. de Nonmaisdisdonc

    Répondre

  4. de mamour

    Répondre

  5. de Corto Maltese

    Répondre

  6. de MP3

    Répondre

  7. de Kouak

    Répondre

  8. de Clavier

    Répondre

  9. de Mouilhayrat

    Répondre

  10. de Casimir

    Répondre

  11. de Mouilhayrat

    Répondre

  12. de Philippe

    Répondre

  13. de Sempre en Davant

    Répondre

  14. de Mouilhayrat

    Répondre

  15. de Philippe

    Répondre

  16. de Sempre en Davant

    Répondre

  17. de Casimir

    Répondre

  18. de mamour

    Répondre

  19. de Sempre en Davant

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>