80% des Français ont une bonne image de leur armée

Chaque année, le ministère de la Défense commande un sondage pour évaluer l’image des forces armées auprès des citoyens français. Et le cru 2013 est intéressant à plus d’un titre.

Ainsi, selon le dernier qui a été réalisé en avril dernier auprès d’un échantillon représentatif de 1013 personnes de plus de 15 ans et publié par l’institut LH2, il apparaît que 80% des sondés ont une bonne image de l’armée française (soit 6% de plus par rapport à 2012) tandis que 10% éprouvent un sentiment opposé à l’égard de cette dernière. La valeur des soldats français est aussi plébiscités, avec 70% de bonnes opinions. L’opération Serval a certainement joué un rôle dans ces évolutions.

Pour ce qui concerne la politique de défense, l’étude de LH2 montre que les Français sont de plus en plus attachés à la dissuasion nucléaire, avec 59% des personnes interrogées estimant qu’elle est nécessaire à la France pour assurer sa défense en complément des forces classiques (+6% par rapport à 2012) . Si l’on va plus loin, ils sont 9% à penser que seule la force de frappe suffirait. Là, il reste un effort de pédagie à faire…

Finalement, plus l’arme nucléaire est remise en cause par des responsables politiques ou dans les médias, plus les Français y sont favorables. Et en plus, ils estiment la force de dissuasion française encore plus crédible qu’avant (68% contre 61% en 2012, qu’elle constitue un point fort indéniable pour les forces armées (68% là encore, en progression de 14 points par rapport à la dernière étude) et qu’il faut la moderniser (44%, soit 7% de mieux).

Quant au nerf de la guerre, c’est à dire l’argent, le sondage de LH2 confirme d’autres études qui ont été diffusées récemment. En clair, la part des personnes interrogées favorables à une augmentation du budget de la Défense progresse de 37 à 44%. Et 30% estiment au contraire qu’il faudrait baisser progressivement les dépenses militaires. Cela étant, un quart des sondés n’ont pas d’avis sur la question.

Cela étant, il reste un point noir pour le ministère de la Défense étant donné que, sans doute à cause du dossier Louvois et des dysfonctionnements dans le paiement des soldes, la part des sondés pensant qu’il est mal géré a progressé de 5% par rapport à 2012, pour s’établir à 42%. Mais dans le même temps, 36% pensent le contraire (+3%).

Enfin, un autre élément intéressant est la perception des menaces. Crise malienne oblige, l’Afrique subsaharienne est considérée comme étant une menace pour la France (+18%, à 42%) alors que dans le même temps, le risque terroriste semble moins pregnant (-5%, à 57%), même s’il reste en tête des préoccupations de l’échantillon interrogé. A noter que l’on trouve, en seconde position, le risque de violences urbaines (49%, soit +1% par rapport à 2012). Quant aux cyberattaques, et malgré les annonces faites en la matière, l’insistance du dernier Livre blanc sur la défense et tout simplement l’actualité, ils ne sont que 10% à les redouter. Un chiffre stable comparé à l’an passé.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].