Mali : Les forces tchadiennes intègrent la MISMA

Jusqu’à présent, les 2.000 soldats tchadiens déployés au Nord-Mali dans le cadre des opérations menées pour réduire les groupes jihadistes qui s’y étaient implantés ne faisaient pas partie de la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA), dont les troupes sont fournies par les pays membres de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao).

Désormais, il va en aller autrement. En effet, à l’issue de la réunion du comité des chefs d’état-major de la Cédéao, le général ivoirien Soumalïla Bakayoko a annoncé que le contingent tchadien serait désormais intégré à la MISMA.

« A compter de ce jour, nos frères tchadiens qui se battent à nos côtés pour libérer le Mali intègrent la MISMA », a-t-il en effet déclaré, le 9 mars. « C’est une bonne nouvelle, cela va renforcer la cohésion », a-t-il ajouté. « Un général de l’armée tchadienne occupera l’une des deux vice-présidences de la Misma », a-t-il encore précisé.

Le 27 février, le président tchadien, Idriss Deby Itno, considérant que « l’heure n’était plus aux discours (…) mais plutôt à l’action, l’ennemi n’attend pas », avait appelé la Cédéao « à plus de célérité en accélérant l’envoi des troupes dans la zone libérée. »

Actuellement, les troupes tchadiennes participent aux opérations dans l’Adrar des Ifoghas aux côtés des forces françaises de la brigade Serval.

Cette décision porte ainsi à 6.300 le nombre de soldats de la MISMA déployés au Mali. Près d’un millier d’autres sont encore attendus. De son côté, le Sénégal a annoncé son intention d’envoyer 144 gendarmes auprès de la force panafricaine, en plus des 500 soldats que Dakar a mis à la disposition de cette dernière.

Par ailleurs, la Cédéao souhaite que la MISMA puisse se transformer en une mission de paix des Nations unies. Cette dernière, qui fait actuellement l’objet d’une évaluation, devra encore être autorisée par le Conseil de sécurité.

Pour le général Soumaïla Bakayoko, ce changement aurait « un avantage énorme » et serait « préférable à la situation actuelle », notamment en terme de financements des opérations étant donné que les coûts de cette mission seraient pris en charge par les Nations unies.

Pour la période allant du 1e juillet 2012 au 30 juin 2013, le budget affecté pour les opérations de maintien de la paix de l’ONU est d’environ 7,33 milliards de dollars. Ce fonds est alimenté par tous les Etats membres de l’organisation, en fonction de leur richesse et de leurs responsabilités, les pays du Conseil de sécurité ayant à assumer la part la plus importante.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].