Mali : Deux responsables jihadistes ont été arrêtés

Un S/GTIA (Sous-Groupement tactique intearmes) armé le 1er Régiment d’Infanterie de Marine (RIMa) d’Angoulême est arrivé à Gao, le 2 février, après être parti, la veille au soir, de Niamey, au Niger. L’Etat-major des armées n’a pas donné davantage de précisions au sujet des matériels engagés.

Les véhicules du 1er RIMa, essentiellement des chars AMX-10 RCR et des VBL, avaient embarqué, depuis Toulon, à bord du Bâtiment de projection et de commandement (BPC) Dixmude, pour être acheminés à Dakar, au Sénégal, dans le cadre de l’opération Serval, au Mali.

A Kidal, deux sections du 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes (RCP) de Pamiers ont été engagées pour assurer la protection et le contrôle de l’aéroport de ce désormais ancien bastion du groupe jihadiste Ansar Dine. Par ailleurs, 1.800 soldats tchadiens sont arrivés sur place pour sécuriser la ville.

Toujours dans ce secteur, l’attention des forces françaises et africaines se portent sur l’Adrar des Ifoghas, où les groupes jihadistes chassés de Tombouctou et de Gao, se sont repliés. Depuis le 31 janvier, l’aviation française (avions et hélicoptères) y a assuré 135 sorties aériennes et réalisé 25 frappes, principalement contre des dépôts logistiques et des centres d’entraînement situyés dans les zones d’Aguelhok et de Tessalit.

Et c’est sans doute l’une des conséquences de cette pression maintenue sur les trois principaux groupes jihadistes présents au Nord-Mali (al-Qaïda au Maghreb islamique, Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest et Ansar Dine), laquelle oblige leurs responsables à bouger. Deux d’entre eux ont ainsi été arrêtés, vraisemblablement par leurs anciens alliés du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), lesquels ont revendiqué leur capture, près de la frontière algérienne.

« Nous avons poursuivi un convoi islamiste près de la frontière et avons arrêté deux hommes avant-hier (2 février) », a déclaré, depuis Ouagadougou, au Burkina Faso, Ibrahim Ag Assaleh, un porte-parole du MNLA. « Ils ont été interrogés et envoyés à Kidal », a-t-il ajouté .

Le premier prisonnier est Mohamed Moussa Ag Mouhamed, l’idéologue et le numéro trois Ansar Dine. Pendant 10 mois, il a été le responsable de l’application de la charia à Tombouctou. Le second, Oumeini Ould Baba Akhmed, était un dirigeant du Mujao à Gao. Il serait impliqué dans l’enlèvement, en novembre dernier, de Gilberto Rodriguez Leal, un ressortissant français.

« Ils sont maintenant arrivés à Kidal et nous sommes en train de discuter pour sur la meilleure façon de les traiter dans le respect du droit international », a précisé, de son côté, Moussa Ag Assarid, le représentant du MNLA en Europe établi à Paris.

Par ailleurs, l’US Air Force a donné les chiffres de son soutien à l’opération françaises au Mali. Ainsi, au 3 février, les avions de transport C-17 ont effectué 30 vols pour acheminer 610 hommes et 760 tonnes de matériels. Quant au ravitaillement en vol, l’aviation américaine a effectué 9 missions, depuis le 27 janvier, au profit de son homologue française et livré 180.000 litres de carburant.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].