Les forces françaises contrôlent l’aéroport de Tombouctou

Parti il y a quelques jours de Diabali et progressant sur l’axe Néré-Goudam, le Groupement tactique interarmes 21e RIMa a pris le contrôle, au cours de la nuit du 27 au 28 janvier, de l’aéroport de Tombouctou, ville qui, située à 900 km au nord-est de Bamako, était tombée l’an passé aux mains des jihadistes.

Les militaires français contrôlent par ailleurs les axes routiers. Une opération aéroportée, consistant à dépoyer une compagnie de parachutistes au nord de Tombouctou, a eu lieu au cours de la nuit. Il s’agit visiblement d’encercler la ville et d’empêcher l’exfiltration de jihadistes. Dans le même temps, les hélicoptères du groupe aéromobile (GAM) ont oeuvré en appui.

A Paris, le colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l’Etat-major des armées (EMA) a assuré que tout serait mis en oeuvre pour préserver Tombouctou, ville classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, lors des opérations visant à débusquer les combattants islamistes.

Pour le moment, il n’est pas question pour les militaires français et maliens de pénétrer dans la ville, dont le dédale de ruelles est propice à un combat de guérilla urbaine. Par ailleurs, selon l’envoyé spécial de France2 au Mali, des explosifs ont été retrouvés dans la tour de contrôle de l’aéroport de Tombouctou.

Après la prise de Gao, le 26 janvier, les forces françaises et africaines contrôlent désormais la boucle du Niger.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].