Serval : Le légionnaire au foulard démasqué?

La photographie d’un légionnaire arborant un foulard à tête de mort pour se protéger du sable à Niono, au Mali, a donc fait polémique. Même si l’auteur du cliché, Issouf Sanogo, a pris la défense du militaire en assurant que ce dernier n’avait pas pris la pose, il n’empêche qu’il y a bien eu tempête dans un verre d’eau… Et sans doute que l’intéressé n’a su à aucun moment qu’il faisait l’objet d’un « buzz » sur les réseaux sociaux.

Le 21 janvier, l’Etat-major des armées (EMA) à Paris avait estimé que l’image renvoyée par ce soldat était « inacceptable » et non représentative de « de l’action que conduit la France au Mali à la demande de l’Etat malien et de celle que mènent ses soldats, souvent au péril de leur vie. » Et de préciser que ce légionnaire au foulard à tête de mort était « en cours d’indentification » pour être sanctionné.

Et manifesfement, les choses n’ont pas traîné car l’EMA a indiqué, deux jours plus tard, avoir trouvé le militaire en question (à moins que cela ait été dit pour clore le chapitre et passer aux choses plus importantes?). « Il y a une étude de sanction en cours » a simplement indiqué le colonel Thierry Burkhard, le porte-parole de l’état-major. A priori, il est fort possible que cette histoire en reste là.

Quoi qu’il en soit, ce légionnaire inconnu a bénéficié de nombreux soutiens. Une page Facebook, intitulée « solidaires avec le fantôme du Mali » a été ouverte et rassemble actuellement plus de 2560 personnes. L’activité principale de cet espace est de recenser toutes les photographies de soldats portant le foulard en cause et les unités ayant une tête de mort pour insigne. Et la collecte est pour le moins fructueuse.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].