Lieutenant Damien BOITEUX, mort pour la France

Le lieutenant Damien BOITEUX, du 4ème Régiment d’Hélicoptères des Forces spéciales (RHFS) de Pau est le premier militaire français à avoir perdu la vie lors de l’opération Serval au Mali.

Né le 24 novembre 1971 et originaire du Haut-Doubs, il s’engage, baccalauréat en poche, à l’âge de 19 ans en tant qu’élève à l’Ecole nationale des sous-officiers d’active (ENSOA) de Saint-Maixent. Après un parcours brillant, il rejoint l’Ecole d’application de l’aviation légère de l’armée de Terre (EALAT) de Dax le 5 août 1991 où il obtient son brevet de pilote. Il est promu maréchal des logis l’année suivante.

Il rejoint ensuite le 1er Régiment d’Hélicoptères de Combat (RHC) de Phalsbourg. Décrit comme étant un sous-officier consciencieux, discipliné, doublé d’un pilote doué, il devient rapidement chef de bord d’hélicoptère d’attaque. Le 1er juillet 1999, il est promu maréchal-des-logis chef avant d’être admis, quelques mois plus tard, dans le corps des sous-officiers de carrière.

En 2000, il est muté à l’EALAT de Dax en qualité de moniteur. Doté de nombreuses qualités pédagogiques, selon sa hiérarchie, qui souligne également son esprit militaire « remarquable », il est accède au grade d’ajudant le 1er avril 2004.

Un an plus tard, le sous-officier quitte Dax pour Margny les Compiègne où est implanté le 6ème RHC. Sélectionné, en 2007, pour rejoindre le détachement de l’aviation légère de l’armée de Terre des opérations spéciales (DAOS), il est nommé aspirant le 30 juin 2008 puis sous-lieutenant 3 mois plus tard.

Le DAOS devient le 4e régiment d’hélicoptères des forces spéciales le 1er août 2009. Promu lieutenant le 1er octobre de cette année, il se fait notamment remarquer pour son sens tactique et ses qualité de chef de patrouille « Gazelle ». Il s’impose comme un spécialiste des interventions en milieu désertique, de jour comme de nuit.

Malheureusement, ce passionné d’aviation, qui avait eu la vocation pour devenir pilote d’hélicoptère depuis l’enfance, a été mortellement blessé, le 11 janvier,  aux commandes de son appareil, une Gazelle, lors d’une action visant à stopper une colonne de jihadistes progressant vers le sud du Mali.

Au cours de sa carrière, le lieutenant BOITEUX a effectué de nombreuses opérations et missions extérieures : Djiboutin en 1993, 2008 et 2009, ex-Yougoslavie en 1998, Côte d’Ivoire en 2005, 20047 et 2009, Mauritanie en 2010 et Burkina Faso en 2010, 2011 et 2012.

Père d’un enfant, le lieutenant BOITEUX était titulaire de la médaille de l’aéronautique, de la médaille d’outre-mer avec agrafe « République de Côte d’Ivoire », d’une citation à l’ordre du régiment avec attribution de la médaille d’or de la défense nationale avec étoile de bronze et de la médaille d’or de la défense nationale avec agrafe « aviation légère » et « missions d’assistance extérieure ».

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].