L’armée russe va tester son système de soldat du futur en avril prochain

Par le passé, la Russie avait manifesté son intérêt pour le concept français FELIN (Fantassin à équipements et liaisons intégrés). En novembre dernier, Anatoli Serdioukov, alors ministre russe de la Défense et tombé en disgrâce depuis, avait encore indiqué son intention d’en commander quelques exemplaires afin de les « étudier » afin de décider si Moscou devait produire son système de combat en collaboration ou non.

Pourtant, un projet de « soldat du futur », appelé Ratnik (Guerrier), est en cours de developpement chez l’entreprise Karissa. Et ce système se veut le pendant du FELIN français. En septembre dernier, cet équipement avait même fait l’objet de tests préliminaires menés par des éclaireurs des Troupes terrestres russes.

Et selon le porte-parole de ces dernières, le lieutenant-colonel Nikolaï Doniouchkine, des « tests d’Etat » du Ratnik seront réalisés en avril prochain. « De nombreux éléments de l’équipement surpassent leurs homologues étrangers » a-t-il fait valoir, le 6 janvier.

Le Ratnik est composé par une quarantaine d’éléments divers, dont des jumelles électroniques qui permettent d’identifier, puis de transmettre les images et les coordonnées d’un objectif à neutraliser, ainsi qu’un gilet pare-balles de 7,5 kg. Cela étant, il n’est pas acquis que l’électronique soit au même niveau que celui du système français…

Quid du projet russe de commander un lot de FELIN? Mystère pour le moment. Le nouveau ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, est beaucoup moins enclin que son prédécesseur à aller se fournir à l’étranger pour ce qui concerne le domaine de l’armement.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].