La Bosnie va déployer une unité de combat en Afghanistan

Cela peut paraître paradoxal : pendant que des pays réduisent leur présence militaire en Afghanistan, comme l’a récemment fait la France, à l’approche du retrait de coalition internationale, d’autres, au contraire, augmentent la leur. C’est en effet le cas de la Bosnie-Herzégovine, dont le Parlement a approuvé, le 3 janvier, l’envoi d’une unité de combat dans la province de Kandahar, bastion historique du mouvement taleb.

Selon le porte-parole du ministère bosnien de la Défense, une unité de la police militaire, forte de 26 hommes, sera ainsi « prochainement » déployée auprès au sein d’une brigade de l’armée américaine pour une période de 10 mois afin de mener des missions d’escorte.

Ce renfort portera à plus de 80 le nombre de militaires bosniens affectés en Afghanistan, une cinquantaine étant déjà déployés dans le nord du pays, selon la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF).

Outre la Bosnie-Herzégovine, la Géorgie a également renforcé ses effectifs en Afghanistan, au point de devenir l’un des principaux contributeurs avec plus de 1.500 hommes, lesquels sont répartis entre le Regional Command Capital et le Regional Command South.

Pour Tbilissi, et comme l’a récemment affirme le ministre géorgien de la Défense, Irakli Alassania, il s’agit de montrer que la Géorgie est « est un acteur important en matière de sécurité internationale. » Depuis son engagement, il y a 3 ans, l’armée géorgienne a perdu 19 militaires en Afghanistan.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].