L’armée australienne peine à retenir ses pilotes d’hélicoptère

L’armée australienne met en oeuvre 22 hélicoptères d’attaque Tigre ARH acquis auprès d’EADS pour 2 milliards de dollars. Ces appareils sont en grande partie basés à Darwin, où ils équipent le 1st Regiment Aviation.

Seulement, les pilotes de cette unité, aurait, selon la presse australienne, refusé de voler à bord de leurs hélicoptères Tigre après un nouvel incident concernant ce type d’appareil. Le 4 novembre, et pour la troisième fois de l’année, un équipage a été contraint à se poser en urgence à cause de l’émanation de fumée dans le cockpit.

Pour autant, cet incident n’a pas donné lieu à une restriction des vols concernant les Tigre ARH, contrairement à ce qui avait été décidé à deux reprises cette année, à savoir en mars et en juillet. Il a été avancé que ces émanations de fumées – une vingtaine de cas constatés depuis 2007 – seraient causées par un condensateur défectueux sur un module d’alimentation du système d’affichage multi-fonctions.

Pour les pilotes du 1st Aviation Regiment, il était alors hors de question de voler à bord de cet appareil tant que les problémes de sécurité ne soient pas définitivement réglés. D’où leur mouvement d’humeur, qui peut être assimilé à une mutinerie étant donné qu’ils se sont frontalement opposés à leur hiérarchie.

Le ministère australien de la Défense n’a pas confirmé explicitement ces informations. Mais il a cependant admis qu’aucun vol de Tigre n’avait été effectué par le 1st Aviation Regiment depuis l’incident du 4 novembre, prétextant des « phases d’entretien ».

Quoi qu’il en soit, cet incident a mis en avant un autre problème concernant les pilotes d’hélicoptère de l’armée australienne. En effet, il se trouve que cette dernière peine à les retenir dans ses rangs. En 2011, une vingtaine d’entre eux ont décidé de quitter l’uniforme et cette tendance se poursuit cette année.

La raison de ces départs ne tient pas forcément à la sécurité des vols mais à l’attractivité des compagnies privées du secteur minier et de l’énergie, lesquelles recrutent des pilotes d’hélicoptères presque à tour de bras en proposant des salaires d’un montant double que les soldes proposées par l’armée, le tout avec de meilleures conditions de travail.

D’après The Australian, un pilote militaire d’hélicoptère confirmé, dont la formation aura coûté 2 millions de dollars australiens, peut gagner en moyenne 100.000 dollars par an, ce qui fait tout de même plus de 80.000 euros (1 dollar Australien = 0.803 Euro).

Cette tendance touche aussi les autres branches des forces armées australiennes. Et la décision de la Royal Australian Air Force de ne pas verser une prime annuelle de 17.000 dollars à ses pilotes ne devrait pas arranger la situation.

Plus généralement, l’armée australienne a du mal à recruter des spécialistes et même à les garder. Ce problème se pose notamment pour la Royal Australian Navy, laquelle a été contrainte de laisser des navires à quai en raison d’un déficit en personnels qualifiés.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.

Commentaires

  1. de Wrecker

    Répondre

  2. de Affreux Jojo

    Répondre

  3. de sentinelle 2

    Répondre

  4. de chacalhurlant

    Répondre

  5. de Fred

    Répondre

  6. de supercalculs

    Répondre

  7. de Fralipolipi

    Répondre

  8. de C10h22

    Répondre

  9. de casimir

    Répondre

  10. de Kouak

    Répondre

  11. de spi0n

    Répondre

  12. de otto ruthdusoleil

    Répondre

  13. de Léosthène

    Répondre

  14. de footsie

    Répondre

  15. de Frédéric

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>