Le Royaume-Uni et l’Allemagne envisagent une réduction significative de leurs troupes en Afghanistan

Le ministre britannique de la Défense, Philip Hammond, a confirmé, lors d’un entretien accordé le 14 octobre à la BBC, les propos qu’il avait tenus en septembre dernier au sujet des plans de Londres en Afghanistan.

A l’époque, Philip Hammond avait en effet évoqué une accélération du calendrier de retrait des troupes britanniques, qui, déployées dans la province du Helmand, constituent, avec 9.500 hommes, le second contingent le plus important de la Force internationale d’assistance à la Sécurité (ISAF), après celui fourni par les Etats-Unis.

« On reconsidère aujourd’hui les effectifs dont nous avons en réalité besoin… il pourrait y avoir de la marge pour davantage de souplesse en vue du retrait » avait-il affirmé dans les colonnes du quotidien The Guardian, après avoir rappelé que les troupes britanniques avaient fermé 52 bases et autres postes de contôle sur les 86 qu’elles avaient créés au cours du dernier semestre.

Finalement, et alors que 500 soldats britanniques quitteront l’Afghanistan avant la fin de cette année, Philip Hammond a annoncé que « plusieurs milliers » d’autres les suivront en 2013.

« Ce sera important, ce qui signifie plusieurs milliers, et non plusieurs centaines, même si ce ne sera pas la majorité » a-t-il affirmé à une question concernant l’ampleur du retrait britannique prévu l’année prochaine. Du coup, sans plus de précisions données par le ministre, l’on peut s’attendre à ce qu’un maximum de 4.500 soldats britanniques soient appelés à quitter l’Afghanistan dans un avenir relativement proche.

En Allemagne, qui fournit le troisème contingent de l’ISAF avec 4.900 hommes, des plans similaires sont à l’étude. Selon l’hebdomadaire Der Spiegel, Berlin envisagerait en effet de réduire « significativement » les effectifs de ses troupes, déployées essentiellement dans le nord de l’Afghanistan.

Ainsi, le nombre de soldats de la Bundeswehr en Afghanistan devrait passer « largement sous les 4.000 ». Cette décision sera confirmée quand Berlin sollicitera le Parlement, en janvier prochain, pour renouveler le mandat de la participation allemande à l’ISAF, qui sera réduite de 500 hommes d’ici la fin de l’année.

Les commentaires sont fermés.