Le retrait d’Afghanistan des forces de combat britanniques fera économiser 2,9 milliards d’euros

D’ici la fin 2014, les forces de sécurité afghanes devront être en mesure d’assurer seules la sécurité de leur pays. Et cela permettra le retrait de la Force internationale d’asssistance à la sécurité (ISAF), conformément à ce qui avait été décidé lors du sommet de l’Otan, tenu à Lisbonne en novembre 2010.

Dans le cadre de ce transfert des responsabilités à l’armée nationale afghane, la forces placées sous le commandement de l’Otan verront leur mission de combat évoluer vers une tâche de soutien à partir de 2013. C’est ce qu’ont rappelé le président américain, Barack Obama, et le Premier ministre britannique, David Cameron, la semaine passée.

Depuis 2001, le Royaume-Uni, avec un contingent fort de 9.500 hommes, ce qui en fait le second en termes d’effectifs après celui des Etats-Unis, a dépensé 18 milliards de livres (21,75 milliards d’euros) pour financer ses opérations militaires en Afghanistan depuis 2001.

Mais le retrait accéléré des troupes combattantes permettra, selon le ministre britannique des Finances, George Osborne, d’économiser 2,4 milliards de livres (2,9 milliards d’euros).

Au Royaume-Uni, les opérations extérieures ne sont pas financées par le ministère de la Défense mais par la réserve spéciale du gouvernement. Cela étant, une partie de ces économies sera reversée aux militaires britanniques, mais surtout à leur famille, avec l’amélioration de leur logement et le doublement des indemnités en cas de déploiement sur un théâtre d’opérations à l’étranger.

En 2012, il est prévu de réduire de 500 hommes le contingent britannique, qui est déployé essentiellement dans la province difficile du Helmand.

Cela étant, et alors que bon nombre de commentateurs estiment inéluctable une baisse du budget français de la Défense (réduction de la dette oblige), la fin des opérations de combat en Afghanistan devrait permettre de trouver des marges de manoeuvre. Pour 2012, le budget de la Défense a prévu d’allouer 630 millions d’euros pour financer les opérations extérieures (opex).

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].