Les sous-marins de la Royal Navy vont accueillir des personnels féminins

D’après une annonce faite le 8 décembre par le ministre britannique de la Défense, Philip Hammond, les femmes pourront servir, à compter de la fin de l’année 2013, à bord des sous-marins de la Royal Navy.

« Je peux annoncer aujourd’hui que j’ai accepté la recommandation du Premier Lord de la Mer et que les femmes seront autorisées à embarquer sur sous-marins à l’avenir » a-t-il ainsi déclaré.

« Nous accordons une grande importance à notre histoire et à nos traditions, mais nous n’en serons pas esclaves » a encore justifié Philip Hammond, en précisant que la marine britannique avait toujours été « à la pointe de l’innovation ». Sauf qu’en la matière, la Royal Australian Navy a déjà pris une décision allant dans ce sens, en 1998, et que l’US Navy en a récemment fait de même.

Cette décision a été prise à l’issue d’une étude qui aura duré près de 18 mois. Il s’agissait pour la Royal Navy d’en évaluer les implications juridiques, sociales pratiques, techniques et sanitaires.

Dans un premier temps, cette mesure va concerner les femmes officiers, qui seront admises à bord des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) Vanguard. Les SNA Astute seront concernés plus tard. Par la suite, les autres personnels féminins de la Royal Navy, qui représente 9% de ses effectifs, pourront, dès 2015, entamer une carrière de sous-marinier.

Pour ce qui concerne la Marine nationale, et comme l’a souligné, en février 2010, le Portail des sous-marins,  une telle mesure n’est pas à l’ordre du jour. En effet, il semblerait que bon nombre de femmes qui servent à bord de navires de surface renoncent à naviguer une fois atteint la trentaine afin de se consacrer à leur vie de famille. Et comme les formations de spécialistes sont coûteuses…

A cela s’ajoute la configuration actuelle des sous-marins : les SNA de la classe Rubis, qui arrivent en fin de service, ne sont pas adaptés pour accueillir des personnels féminins. En revanche, leurs successeurs de la classe Barracuda le seront. Les SNLE pourraient en revanche être modifiés. Mais pour qu’ils le soient, il faudrait que les travaux se fassent lors d’une Interruption pour entretien et réparations (IPER).

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].