L’US Navy a commandé 1,7 millions de litres de biocarburants

Le Pentagone a engagé depuis maintenant plusieurs années une réflexion pour diminuer sa consommation de pétrole, qui atteint, chaque jour, près de 300.000 barils. L’enjeu est de moins dépendre des importations d’or noir – et donc, d’être moins sensible à l’augmentation de son prix – et d’assurer ainsi la sécurité énergétique de l’armée américaine.

Pour cela, le Pentagone a défini trois axes d’action, lesquels concernent la mise au point de véhicules moins gourmands en énergie, les biocarburants et les autres formes d’énergies renouvelables (solaire, éolien).

Parmi les composantes de l’armée américaine, et dans le cadre du programme Biofuel, lancé en 2009, l’US Navy s’est fixée comme l’objectif de réduire de moitié sa consommation d’énergies fossiles en ayant recours, notamment, aux biocarburants.

Ainsi, en septembre, la marine américaine a fait voler un avion de guerre électronique EA-6B Prowler, ainsi qu’un drone MQ-8 Fire Scout, avec un mélange de carburant d’aviation classique (le JP-5) et d’huile de cameline. Un an plus tôt, un F-18 avait réalisé la même expérience.

Et, bien évidemment, et hormis les navires à propulsion nucléaire (porte-avions et sous-marins), tous les bâtiments de l’US Navy sont aussi concernés par les biocarburants.

D’où la commande, passée le 5 décembre par l’Agence logistique de la défense (DLA), pour le compte de la marine américaine, de 1,7 millions de litres de biocarburants auprès des sociétés Dynamics Fuels et Solazyme. Le montant de ce contrat est de 12 millions de dollars.

« Cet achat, le plus important de l’histoire du gouvernement américain, s’inscrit dans l’objectif énoncé par le président Obama d’assurer une plus grande sécurité énergétique en réduisant notre dépendance au pétrole et aux énergies fossiles » a expliqué Ray Mabus, le secrétaire à la Marine, qui a par ailleurs précisé que, d’ici 2016, il est question « de déployer un groupe aéronaval » pour « plusieurs mois en utilisant 50% de bicarburants pour les navires et les avions ».

Cela étant, et dans un contexte où la rigueur budgétaire est de mise, les biocarburants sont chers. Si l’on prend les chiffres de la commande passée pour l’US Navy, le litre revient à 7 dollars…

Ce point avait été souligné par l’US Air Force, qui est elle aussi engagée dans un processus visant à réduire sa consommation d’énergies fossiles au profit des biocarburants pour faire voler ses appareils.

« Ce que nous essayons de faire, c’est d’envoyer un message clair à l’industrie pour dire que l’US Air Force veut pouvoir acheter des biocarburants et les utiliser dans notre flotte de façon opérationnelle » avait alors expliqué Erin Conaton, une responsable du Pentagone. « Mais pour cela, il faut que l’industrie puisse produire les quantités dont nous avons besoins à un prix compétitif  » avait-elle prévenu.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].