L’armée de l’Air intercepte avec succés son premier missile balistique avec le système MAMBA

L’armée de l’Air a réussi, le 14 novembre dernier et pour la première fois, un essai d’interception d’un missile balistique de théâtre grâce au système Sol-Air Moyenne Portée / Terreste (SAMP/T), encore appelé MAMBA. Le même test avait conduit avec succès par la Direction générale de l’armement (DGA) en octobre 2010.

L’essai effectué par le Centre d’expériences aériennes militaires (CEAM) a été réalisé au centre de Biscarosse, lequel appartient à la DGA. Il fait suite à l’interception, également réussie, d’une cible classique par le même système, mis en oeuvre par l’Escadron de défense sol-air (EDSA) 04.950 « Servance », qui a eu lieu en septembre dernier.

Selon le ministère de la Défense, le système SAMP-T « permettra ainsi dès l’été 2012 à l’armée de l’Air d’assurer dans une logique interarmées la responsabilité de la protection de la force opérationnelle terrestre à l’extérieur de notre territoire. Il sera aussi utilisé sur le territoire national afin de protéger des sites à haute valeur ajoutée ».

Fruit d’une coopération franco-italienne, le SAMP-T peut détecter une cible dans un rayon compris entre 3 et 80 km, voire jusqu’à 120 km grâce aux données transmises via liaison 16 par un avion de surveillance aérienne de type AWACS. Doté du missile ASTER 30, il est capable de mener simultanément jusqu’à 10 engagements.

A terme, 10 systèmes seront livrés par la DGA à l’armée de l’Air, qui en dotera 5 escadrons de défense sol-air. Le MAMBA pourra être mis en oeuvre dans le cadre de la défense contre les missiles de théâtre (ALTBMD, active layered theatre ballistic missile defence) de l’Otan.

A noter également que la frégate de défense aérienne Chevalier Paul a détruit, le 17 novembre, une cible aérienne « évoluant à grande vitesse » en tirant un missile Aster 30, intégré, cette fois, au système PAAMS (Principal Anti Air Missile System). Ce tir avait pour objectif de « valider l’emploi » de cet engin « à très grande distance ».

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].