Militaires blessés en opex : Du flou dans les chiffres

Si l’on parle des militaires français tués en mission, il est en revanche plus délicat d’évoquer le sort de ceux qui ont été blessés. Et il est, de plus compliqué d’en obtenir leur nombre.

Il ne faut pas oublier que pour les plus touchés d’entre eux, c’est une autre vie qui commence, avec la difficulté supplémentaire d’affronter le regard des autres. « Un blessé de guerre, ils n’ont jamais vu ça! Il faut qu’ils sachent qu’il n’y a pas que des morts » confiait, en décembre 2010 au quotidien Le Monde, l’adjudant Franck Chemin, du 2ème Régiment Etranger du Génie (REG)

Lors de son audition devant la Commission Défense de l’Assemblée nationale, le 3 novembre dernier, le directeur central du service de santé des armées (SSA), le médecin général Gérard Nédellec, a donné quelques statistiques.

Pour l’année 2011, le SSA a déployé 1.700 personnels sur les différents théâtres d’opérations extérieurs, soit 4% des effectifs engagés, ce qui représente 60 postes médicaux, 5 équipes d’évacuation sanitaire par hélicoptère et 6 équipes chirurgicales. L’Afghanistan a mobilisé la moitié de ces ressources.

Par ailleurs, et pour l’ensemble des théâtres d’opérations extérieurs, le médecin-général Nédellec a indiqué que 700 militaires ont été évacués vers la métropole depuis le début de l’année 2011, dont « 80 justifiaient une évacuation stratégique médicalisée prioritaire et réalisée par avion type FALCON ou par le dispositif d’évacuation MORPHEE ».

Pour ce qui concerne l’Afghanistan, le directeur du SSA a affirmé que « 262 militaires français en ont été évacués depuis le 1er janvier mais ils ne représentent qu’une partie des blessés pris en charge à l’avant par les équipes médicales de la Task Force La Fayette ». Et de donner le bilan de ces dernières depuis « le début du mandat en cours » : « en moyenne 60 évacuations sanitaires et plus de 100 blessés évacués par mandat de trois mois. Plus de 16 000 actes réalisés au sein des postes médicaux, 2 500 consultations spécialisées, ou encore plus de 1 000 interventions chirurgicales », ce qui montre, selon lui, « l’intensité de l’engagement des forces et du service de santé ».

Seulement, d’autres chiffres ont été avancés par le député Jean-Louis Bernard, rapporteur pour avis concernant la préparation et l’emploi des forces terrestres. Selon le parlementaire, en 2011, « 588 militaires ont été blessés en service dont 292 en Afghanistan et 324 dans d’autres opérations extérieures ». Et là, l’on nage en pleine confusion. Parle-t-il uniquement des personnels de l’armée de Terre ou de ceux de l’ensemble des forces armées? Etant donné l’objet de son rapport, l’on pourrait croire que c’est le cas.

En revanche, le total qu’il a donné ne correspond pas à la somme des deux statistiques concernant l’Afghanistan et les autres opex : 324 et 292 ne font pas 588 mais 616. Alors, combien de militaires français ont été blessés précisément sur le théâtre afghan?

La seule chose que l’on peut avancer avec certitude est qu’ils sont malheureusement plus nombreux par aux deux années précédentes. C’est du moins ce qu’a déclaré le médecin-général Nédellec. « Alors que les bilans chiffrés portent sur les neuf premiers mois de l’année, il est déjà possible d’affirmer qu’ils seront en fin d’année supérieurs à ceux des deux dernières tant en ce qui concerne le nombre de personnels déployés que celui des blessés pris en charge » a-t-il dit devant les députés de la Commission Défense.

Les commentaires sont fermés.