MBDA réduit ses effectifs

Le missilier MBDA a pourtant de quoi se réjouir après le Comité ministériel d’investissement (CMI), qui, en juillet dernier, a validé quatre projets où il est partie prenante : le missile anti-navire léger (ANL), destiné à être tiré depuis un hélicoptère, les modernisations des Exocet et l’antimissile Aster 30 Block 1 NT et le Missile Moyenne Portée (MMP), successeur du Milan et du Javelin, lequel semble ne pas donner entière satisfaction pour l’emploi qui en est fait en Afghanistan.

De quoi assurer un certain volume d’activité pour MBDA à moyen terme. Cependant, le missilier va supprimer 400 emplois d’ici 2015, selon des informations publiées la semaine passée par le quotidien économique La Tribune.

Car si le CMI a rendu des arbitrages qui lui sont favorables, la direction du groupe fait valoir que les commandes passées par l’armée française sont inférieures de 20% par rapport à la moyenne des cinq dernières années.

Toutefois, il n’est pas question de mettre en place un « plan social ». Le missilier compte avant tout sur des départs naturels. Environ 500 salariés devraient partir en retraite d’ici 2015 et 200 autres pourraient quitter le groupe, avec le non renouvellement de leur contrat à durée déterminée, ce qui autoriserait le recrutement de 300 personnes dans les 4 ans qui viennent.

Les commentaires sont fermés.