Retenu par les insurgés afghans, il est libéré lors d’une opération militaire

Le 132ème Bataillon cynophile de l’armée de Terre (BCAT) de Suippes n’est pas souvent mis en lumière. Et pourtant, cette unité apporte un appui souvent déterminant dans les missions de fouilles opérationnelles, comme celles qui sont menées en Afghanistan pour trouver les caches d’armes, d’explosifs et de munitions, ou pour la reconnaissance d’itinéraire.

Ainsi, et malgré quelques contraintes (besoins physiologique des animaux, transport, etc…), une équipe cynophile apporte une plus-value appréciable dans ce type de mission dans la mesure où un chien spécialement dressé et entraîné pourra aller flairer une piste dans les endroits confinés, comme des grottes par exemple – et ce n’est pas ce qui manque en Afghanistan – , ainsi que dans les véhicules.

Une vingtaine d’hommes du 132e BCAT sont affectés en permanence sur le théâtre afghan. La semaine passée, lors du sérieux accrochage au cours duquel le lieutenant Valéry Tholy a perdu la vie, un autre officier de cette unité a été gravement blessé par des éclats d’obus de mortier reçus dans la hanche droite et dans un bras.

Rapatrié en France, ce lieutenant est le second militaire du 132ème BCAT à avoir été blessé en Afghanistan depuis le début de l’année, après un caporal, en février dernier. Un hommage leur a d’ailleurs été rendue à l’occasion de la journée portes ouvertes de leur unité, organisée le 11 septembre.

Les maîtres-chiens, qu’ils appartiennent au 132ème BCAT où à d’autres unités cynophiles des forces armées, forment un véritable duo avec leur animal. Et quand l’un d’eux disparaît, l’on imagine l’émotion qu’ils doivent ressentir. Ainsi l’histoire de Fitas. Ce berger (allemand) malinois âgé de 8 ans, capturé il y a 5 mois par des insurgés, a été retrouvé au cours d’une opération récente.

Blessé à une patte, il a été depuis remis aux forces françaises au camp de Warehouse, près de Kaboul, où il a été photographié le 10 septembre. Mais Fitas n’est pas le premier à avoir connu une aventure similaire. En 2008, une jeune chienne labrador appelée Sabi, spécialement dressée pour détecter les explosifs et appartenant aux forces spéciales australiennes, avait aussi été portée disparue après de violents combats dans le sud de l’Afghanistan. C’est un soldat américain qu’il l’a retrouvée, 14 mois plus tard, sur une base de la province d’Oruzgan.

Addendum : Un grand merci à Citoyen Taquin, pour ses commentaires pertinents et précis.

Photo : Fitas, au camp de Warehouse (c) AFP PHOTO / PASCAL

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].