Northrop Grumman sort son Firebird

Le constructeur américain Northrop-Grumman a présenté officiellement, le 9 mai, le Firebird, un engin pouvant être mis en oeuvre à distance ou bien par un pilote embarqué.

Conçu sur fonds propres en collaboration avec la société Scaled Composites, le Firebird a effectué son premier essai en vol seulement 12 mois après les premières discussions portant sur son concept.

Son architecture a été étudiée pour faciliter l’intégration de 600 kg d’équipements, constitués par des capteurs ISR (Intelligence – Surveillance – Reconnaissance). D’une envergure de 19,8 mètres pour 10,3 mètres de long et 3 mètres de hauteur, le Firebird peut évoluer à une altitude de 30.000 pieds et à une vitesse maximale de 370 km/h. Propulsé par un moteur Lycoming TEP-450, il a un autonomie comprise, selon sa configuration, entre 24 et 40 heures.

« Nous avons exploité les techniques innovantes de Northrop Grumman et de Scaled Composites pour fournir une capacité sans précédent de collecte d’informations » a déclaré Paul Meyer, le vice-président du groupe américain de défense. Selon lui, ce concept pourrait être intéressant dans le contexte de contraintes budgétaires puisqu’il combine « le meilleur des systèmes ISR » de drones ou d’avions en « une seule solution » pour une variété de missions de renseignement.

« Firebird est un système adaptable qui le rend très abordable en raison du nombre de missions différentes qu’il peut accomplir au cours d’un vol unique » a renchéri Rick Crooks, le responsable du programme.

Ne répondant pas spécifiquement à un besoin exprimé par l’armée américaine, Northrop Grumman espère placer ce nouvel engin auprès du Pentagone à l’occasion de l’Empire Challenge 2011 organisé par l’US Joint Forces Command, à Fort Huachuca (Arizona) le 23 mai prochain.

Le Firebird se positionne sur le segment des drones MALE (Moyenne Altitude Longue Edurance). Cela étant, ce concept fait penser à celui du Patroller, développé par la société française Sagem DS.

Plus léger que le Firebird, le Patroller peut avoir un pilote à son bord, comme il peut être mis en oeuvre à distance. L’appareil de Sagem DS peut voler à 25.000 pieds d’altitude et à une vitesse de 300 km/h. Son autonomie est de 20 à 30 heures. L’entreprise française avait espéré en faire une alternative au Predator dont l’achat est envisagé par le ministère français de la Défense.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].