L’armée de l’Air ne sait toujours pas quand elle aura ses A-330 MRTT

Depuis le début de l’opération Harmattan, qui vise à faire respecter la résolution 1973 des Nations unies au-dessus de la Libye, les C-135 FR du Groupe de ravitaillement en vol 02.091 « Bretagne » sont énormément sollicités.

Ces appareils, entrés en service dans les années 1960, sont aussi un maillon essentiel de la composante aéroportée de la dissuasion nucléaire française, en plus d’être indispensables pour les missions quotidiennes effectuées par l’armée de l’Air.

Or, ces C-135 FR sont à bout de course. Le coût d’une heure de vol avec ces avions revient à 23.000 euros, dont 10.000 euros rien que pour le Maintien de la Condition Opérationnelle (MCO). Leur entretien revient à 55 millions d’euros par an.

Les rédacteurs du dernier Livre blanc sur la Défense et la sécurité nationale, publié en juin 2008, avait bien conscience de ce problème et la Loi de Programmation Militaire 2009-2014 a prévu la commande de 14 avions ravitailleurs, dont les livraisons devraient commencer dans le courant de l’année 2015 pour prendre fin en 2022.

Pour le moment, aucune commande n’a été passée. Cela étant, afin de soulager la flotte de C-135 FR, notamment au niveau de leurs missions secondaires de transport, un amendement à la dernière Loi de Finances, présenté par les députés François Cornut-Gentile (UMP) et Jean-Claude Viollet (PS), tous deux très au fait des questions de défense, et adopté à l’unanimité par l’Assemblée nationale contre l’avis d’Hervé Morin, le ministre de la Défense de l’époque, proposait de souscrire un contrat de location/achat (leasing) de 3 A-330 MRT, lesquels pourraient, par la suite, être transformés en ravitailleurs.

En visite à Toulouse, le 13 avril, et après avoir estimé que l’avion de transport européen A400M « devra trouver sa déclinaison dans un usage civil », l’actuel ministre de la Défense, Gérard Longuet a abordé le sujet des avions ravitailleurs. « Nous devons en acheter de nouveaux et je n’en vois pas de meilleur » a-t-il déclaré au sujet de l’A-330 MRTT, qui, conçu par Airbus Military, a déjà été choisi par le Royaume-Uni, l’Australie, l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis.

Quant à savoir quand sera faite la commande des appareils nécessaires pour remplacer les C-135 FR, le locataire de la l’Hôtel de Brienne a botté en touche. « Laissez-moi négocier les meilleurs prix : l’acheteur pressé à toutes les chances de se voir fixer les conditions du vendeur » a-t-il répondu.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].