Les drones MQ-9 Reaper de la RAF ont dépassé les 20.000 heures de vol en Afghanistan

Pour l’heure, l’on ne sait toujours pas si la France va acquérir des drones MQ-9 Reaper développés par l’entreprise américaine General Atomics. Cette question aurait du être tranchée en février dernier, afin de remédier au plus vite au déficit capacitaire prévu dans le domaine des drones MALE (Moyenne altitude longue endurance).

Sans doute qu’une décision sera enfin prise à l’occasion d’un comité ministériel des investissements (CMI), présidé par le ministre de la Défense, Gérard Longuet, qui doit se tenir prochainement.

Le choix devrait se faire entre l’achat « sur étagère » MQ-9 Reaper aux Etats-Unis et la solution proposée par Dassault Aviation et BAE Systems autour du drone Mantis, laquelle a le désavantage de ne pas être immédiatement disponible. D’autres possibilités sont également sur la table, comme celle du Talarion d’EADS, cependant jugée trop coûteuse.

En attendant, la Royal Air Force dispose de MQ-9 Reaper depuis 2007. Et les appareils qu’elle a engagés en Afghanistan, plus précisément sur la base de Kandahar, viennent de franchir le cap des 20.000 heures de vol.

Pour l’Air Vice-Marshal Phil Osborn, les Reaper ont fait « leurs preuves maintes et maintes fois dans le combat  » et sont « un élément essentiel des capacités de renseignement de la RAF », en assurant une couverture jour et nuit du théâtre des opérations, ce qui améliore « la sécurité des troupes sur le terrain ».

Les MQ-9 Reaper britanniques sont mis en oeuvre par le « 39 Squadron », qui a ses quartiers sur la base américaine de Creech, dans le Nevada. Si la France décide de se doter des mêmes drones, alors il se pourrait que l’escadron de l’armée de l’Air chargé de les mettre en oeuvre puisse le rejoindre, afin de bénéficier, aussi, de la couverture satellitaire.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].