La base de Solenzara à la pointe de l’opération Harmattan

L’on doit l’existence de la base aérienne de Solenzara, en fait située sur la commune de Ventiseri (Haute-Corse), à l’Otan. En effet, en 1952, l’organisation atlantique décida de construire 4 infrastructures aéronautiques pour l’entraînement des escadrons américains, français, néerlandais et belges.

Une fois le choix de l’implantation de la base française en Corse, les travaux commencèrent en 1956. Non sans mal d’ailleurs puisqu’ils furent interrompus à plusieurs reprises, notamment en raison des conditions météorologiques et de difficultés matérielles. Et la décision américaine de ne plus utiliser le futur site de Solenzara, un an plus tard, entraînant l’arrêt du financement du chantier, avait failli causer sa perte si l’Allemagne n’était pas intervenue pour mettre la main au portefeuille.

En juin 1958, la piste de 2.960 mètres était toutefois terminée. Plus d’un an plus tard, un détachement emmené par le colonel Pissotte fut chargé de préparer l’ouverture de la base 126. La création de cette dernière sera rendue officielle le 1er juillet 1960 et, quelques semaines plus tard, la 5ème Escadre de chasse pourra commencer la première campagne de tir sur le site corse, dans des conditions de logement pour les personnels et de sécurité pour les vols pour le moins difficiles.

En juillet 1973, la BA 126 reçoit le nom de baptême « Capitaine Préziosi », un aviateur de la France Libre, tué en combat aérien en 1943 sous les couleurs du Normandie-Niémen et dont une rumeur persistante dit qu’il serait le père du colonel Kadhafi, après une liaison avec une jeune libyenne alors que son escadron Alsace était déployé en Libye.

Depuis, la base s’est développée pour devenir un centre d’entraînement tactique à vocation européenne, grâce à son environnement qui comprend notamment le champ de tir de Diane qui s’étend sur 535 hectares et les zones d’entraînement au combat aérien D 67 et D 54 pour les campagnes de tir air/air. De plus, elle sert de plate-forme pour la projection des forces françaises sur des théâtres extérieurs, comme cela fut le cas en 1976 au moment de l’affaire de Kolwezi.

En outre, elle accueille l’escadron d’hélicoptère 01/044 Solenzara, qui, avec ses Super Puma, assure des mission de recherche et de sauvetage au profit du public, ainsi qu’un détachement du 44ème régiment de Transmissions et un escadron de gendarmes mobiles.

Reste que de par sa situation géographique, la base de Ventiseri-Solenzara est idéalement placée pour des opérations conduites en Méditerranée. Aussi, depuis le début de l’opération Harmattan en Libye, elle est monté progressivement en puissance puisque c’est depuis ses pistes que décollent désormais les Mirage 2000D et les Rafale mobilisés. Au total, la BA 126, qui a reçu, ce 22 mars, la visite du président Sarkozy, a la capacité d’accueillir 55 appareils, avec un mess pouvant nourrir jusqu’à 1.000 personnels et une structure d’hébergement de 300 places, extensible à plus de 500.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].