Le groupe Bouygues a été choisi pour construire le « Balardgone »

Ils étaient trois groupes de BTP à espérer remporter l’appel à candidatures lancé par le ministère de la Défense pour la construction du « Pentagone à la française » sur le site de Balard, dans le XVème arrondissement de Paris.

Et c’est donc Bouygues qui a remporté la mise, aux dépens de Vinci et d’Eiffage. En effet, la commission en charge d’évaluer les différentes offres a tranché le 17 février dernier et a soumis son choix au Secrétaire général pour l’administration du ministère de la Défense qui l’a ensuite validé.

« Le projet retenu réunit les avantages de l’offre financière la plus basse, d’une bonne adéquation fonctionnelle et technique, et la meilleure qualité architecturale » a fait valoir le ministère de la Défense, par voie de communiqué, en soulignant qu’il a fallu mener « 160 auditions ou réunions et plus de 360 heures de débat » et poser « des centaines de questions écrites » pour arriver à ce choix.

Programme emblématique de la réforme des armées lancées en 2008, le « Balardgone » rassemblera le ministère de la Défense ainsi que les états-majors sur un site unique, situé à Balard. Les emprises parisiennes ainsi libérées devraient être vendues et rapporter au moins 600 millions d’euros.

Ainsi, le groupement emmené par Bouygues s’est associé avec trois architectes différents pour mener à bien ce projet. La conception du bâtiment principal de 130.000 m2, situé sur la parcelle ouest, est revenue à Nicolas Michelin tandis que la réalisation des immeubles de bureaux de la corne Ouest (90.000 m2 sur 3 hectares) a été confiée à Jean-Michel Wilmotte. Enfin, la rénovation des immeubles de la Cité de l’Air, hors Tour DGA et Tour F) va être assurée en collaboration avec le cabinet d’architecture Atelier 2/3/4.

Ce chantier sera le plus important mené à Paris depuis la construction de la Bibliothèque nationale de France, inaugurée en 1995. Le « Balardgone » s’étendra sur 3000.000 m2 et accueillera, d’ici fin 2014, 9.300 militaires et employés civils du ministère de la Défense.

Dans les jours qui viennent, Bouygues va préciser avec le ministère de la Défense les modalités du contrat de Partenariat public privé (PPP) qui doit être signé en avril. Ce n’est qu’à ce moment là que le projet sera officiellement dévoilé.

Le cadre du PPP a été choisi pour financer cet énorme chantier. Ainsi, les 600 millions d’euros (750 millions TTC) nécessaires à la réalisation du « Balardgone » seront avancés par le groupe Bouygues, lequel percevra par la suite, et pendant 27 ans, une redevance annuelle comprise entre 100 et 150 millions d’euros et qui prendra en compte les coûts de construction, les frais financiers, l’entretien des bâtiments ainsi que d’autres services « externalisés ».

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].