Les guerres « low cost », thème du premier cahier de l’Alliance géostratégique

Les engins explosifs improvisés (EEI ou IED) sont la principale arme des insurgés en Afghanistan. Au moins 368 militaires de la Force internationale d’assitance à la sécurité (ISAF) ont été tués par ces bombes artisanales en 2010, ce qui représente près de 60% des pertes de la coalition placée sous l’autorité de l’Otan.

Comme les insurgés afghans ne sont pas en mesure, sur le terrain, de faire le poids face à la puissance de feu mise en oeuvre par les troupes de l’ISAF, ces engins explosifs improvisés sont donc d’une redoutable efficacité, d’autant plus que leur assemblage ne coûte que quelques euros.

Les armées occidentales ont mis en place des structures particulières pour trouver une parade à cette menace. Aux Etats-Unis, le Joint Improvised Explosive Device Defeat Organization (JIEDDO) y a consacré, depuis sa création en 2006, plus de 16 milliards de dollars. Son budet, pour 2010, s’est élevé à 2,7 milliards.

Si de nouveaux véhicules ont été mis au point, comme les MRAP (Mine Resistant Ambush Protected), le commandant du JIEDDO, le général Michael Oates, a récemment affirmé que le meilleur moyen de lutter contre les IED ne résidait pas dans la technologie mais devait reposer sur « des soldats bien entraînés avec des chiens », qui seraient « les plus efficaces pour trouver les bombes artisanales ». Tout ça pour ça, serait-on tenter de penser. En tout cas, cela donne à réfléchir.

Aussi, l’Alliance géostratégique vient d’aborder le sujet des guerres « low cost » à l’occasion de la sortie de son premier cahier, désormais disponible dans toutes les bonnes librairies et depuis quelques jours sur le site de l’Esprit du Livre.

« Les Etats et les acteurs irréguliers cherchent à optimiser leurs moyens, en définissant ce qui relève de l’essentiel et ce qui relève du superflu. Une approche Low cost de la défense semble ainsi émerger actuellement dans de nombreux pays » a ainsi constaté l’AGS. Pour poursuivre cette réflexion, un blog dédié a été mis en ligne.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].