Dissuasion : Le président Sarkozy a inauguré le site du Laser Mégajoule

En 1996, la France a signé le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires. Seulement, pour que sa force de frappe reste crédible, elle a lancé le programme « Simulation » afin de reproduire des essais d’armes nucléaires en laboratoire, au lieu de les réaliser comme elle faisait auparavant sur l’atoll de Mururoa, dans le Pacifique.

Pièce maîtresse du projet « Simulation », le Laser Mégajoule sera pleinement opérationnel à compter de 2014. Toutefois, le bâtiment de 300 mètres de long où il fonctionnera a été inauguré, le 14 octobre, par le président Sarkozy, en compagnie du ministre de la Recherche, Valérie Pécresse.

Installé sur le site du Barp, près de Bordeaux, le Laser Megajoule coûtera au total 3 milliards d’euros, soit la moitié de l’enveloppe allouée au programme Simulation, piloté par le Commissariat à l’énergie atomique (CEA).

Concrètement, cet équipement servira à valider par l’expérience les calculs concernant les différentes phases de fonctionnement d’une arme nucléaire, obtenus par le supercalculateur TERA-10, installé à Bruyères-le-Châtel et dont la puissance lui permet de réaliser 100.000 milliards d’opérations à la seconde.

Le Laser Megajoule dispose de 176 puissants faisceaux lasers qui convergeront sur une bille contenant des isotopes radioactifs de l’hydrogène, installée dans une sphère en aluminium et de béton boré d’une dizaine de mètre de diamètres et d’une masse de 140 tonnes.

En un milliardième de seconde, il sera donc possible d’obtenir une température suffisamment élevé pour faire fusionner les noyaux des isotopes radioactifs d’hydrogènes et de libérer ainsi une énergie comparable à celle émise par le soleil.

Par ailleurs, le Laser Megajoule n’aura pas que des applications militaires. En effet, il pourra être utile aux astrophysiciens et également servir à développer des applications civiles, comme par exemple le projet Petawatt Aquitaine Laser (Petal), qui vise à créer de l’electricité via la « fusion par confinement inertiel par laser ».

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>