L’Italie évoque son retrait militaire d’Afghanistan

Le 9 octobre dernier, quatre chasseurs alpins italiens de la brigade « Julia » ont trouvé la mort dans l’explosion d’une bombe artisanale alors qu’ils se trouvaient à bord de leur VTML Lince (véhicule léger multi-rôle tactique), lequel était inséré dans un convoi de 70 véhicules dans la province de Farah (ouest de l’Afghanistan), alors attaqué par une trentaine d’insurgés.

Depuis 2004, le contingent transalpin, l’un des plus importants de la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF), sous commandement de l’Otan, a perdu 34 hommes en Afghanistan.

Devant l’émotion soulevée par la mort des 4 chasseurs alpins, et afin d’améliorer la sécurité des soldats transalpins, le ministre italien de la Défense, Ignazio La Russa a indiqué, dès le lendemain, de demander au Parlement d’autoriser les avions Tornado de l’Aeronautica Miliare à emporter des bombes, ce qui avait été refusé par les députés au moment de de décider de les déployer en Afghanistan. Aussi surprenant que cela puisse paraître, les chasseurs-bombardiers italiens sont les seuls de la coalition à ne pas pouvoir réaliser ce pour quoi ils ont été conçus, c’est à dire à réaliser des frappes.

Reste, que si le gouvernement italien avait répondu favorablement à la requête américain faite en décembre dernier d’envoyer un millier de soldats de plus en Afghanistan, il est désormais question d’un « possible » retrait du pays à partir de 2011.

C’est le ministre des Affaires étrangères, Franco Frattini, qui allumé la mèche au cours d’un entretien accordé au quotidien La Repubblica, le 12 octobre. « C’est un calendrier qui doit être encore approuvé : l’été 2011 pour le début du retrait progressif des soldfats, avec l’objectif d’un retrait final d’ici à 2014 » a-t-il déclaré après avoir Evoqué le prochain sommet de l’Otan à Lisbonne, au cours duquel seront abordées les modalités de transfert en matière de sécurité aux forces afghanes.

Quant au ministre de la Défense, il a également parlé d’un éventuel retrait des militaires italiens à compter de 2011. « Si nous restituons au gouvernement de Herat le contrôle de la zone Ouest (ndlr : à la charge des soldats transalpins), nos militaires n’auront plus besoin d’y mener des opérations et pourraient se concentrer sur des activités de formations des forces armées et de la police afgane » a-t-il ainsi déclaré. Mais « nous ne prendrons pas de décisions unilatérales » a-t-il toutefois tempéré.

Pour le moment, le contingent italien s’est renforcé, avec le déploiement, depuis ce 13 octobre, de 3 hélicoptères AW-101 (Agusta-Westland) à Herat. Ces appareils de la marine italienne, qui ont été transportés depuis l’Italie par un C-17 de l’US Air Force, seront employés à des missions de surveillance, d’escorte de convoi et d’évacuations sanitaires.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].