La dernière version du jeu Medal of Honor a été revue et corrigée

Souvenez-vous, c’était au mois d’août dernier. L’on apprenait alors que l’éditeur de jeux vidéos Electronic Arts allait sortir une nouvelle mouture de Medal of Honor, dont la version multi-joueurs intégrait l’option d’incarner un insurgé en Afghanistan.

Cela avait suscité un vif débat sur Zone Militaire, notamment au sujet de la polémique soulevée par cette possibilité de se mettre dans la peau d’un taliban, alors même que les opérations en Afghanistan font des victimes parmi les soldats de l’Otan.

Le ministre britannique de la Défense, Liam Fox, « dégoûté et en colère » avait alors demandé aux revendeurs de « soutenir les troupes » en « banissant » Medal of Honor de leurs magasins. Les familles de militaires américains tués en Afghanistan avaient exprimé leur colère tandis que l’armée menaçait de ne pas mettre en vente le jeu dans les magasins de ses 300 bases.

Coup de pub de la part d’Electronic Arts selon le vieux principe « parlez de moi en bien ou en mal mais parlez de moi » ou non, toujours est-il que l’éditeur a annoncé, quelques jours avant la sortie du jeu aux Etats-Unis (qui était prévue le 12 octobre, ndlr) que la possibilité de se mettre dans la peau d’un combattant taleb avait été supprimée.

« Dans un jeu, il faut toujours que quelqu’un incarne le méchant, que ce soit le bandit contre le policier ou le taleb contre les troupes alliées » avait justifié, en août, Franck Gibeau, le président d’Electronic Arts. L’éditeur donc changé son fusil d’épaule en affirmant, au début du mois, par la voix d’un de ses responsables, Greg Goodrich, « avoir profondément le souci » des familles de soldats tués en Afghanistan.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].