Rafale / Emirats : Les négociations sont suspendues

Il y a peu, Zone Militaire évoquait les mauvais signes concernant la vente de 60 Rafale aux Emirats arabes unis. Et le dossier a évolué depuis puisque l’on a appris que les négociations entre Paris et Abu Dhabi ont été suspendues, notamment à cause d’un article publié par le Figaro du 26 juin dernier.

Le papier mis en cause racontait comment le gouvernement émiratis avait fait appel à des entreprises israéliennes pour sécuriser les frontières de son territoire. Et, manifestement, ce sont des choses qui ne doivent pas se dire puisque les révélations du journal détenu par le groupe Dassault ont suscité un tollé dans le monde arabe, lequel a montré du doits les EAU.

« Cheikh Mohamed a dit : ‘M. Dassault est propriétaire du Figaro, il m’a poignardé dans le dos, les discussions (sur le Rafale, ndlr) sont terminées » a confié un responsable français. Et il se trouve que Cheikh Mohamed bin Zayed bin Sultan Al Nahyan est le prince héritier d’Abou Dhabi et le chef de l’armée des EAU.

Terminée ou suspendue? Du côté du gouvernement français, on préfére parler de « ralentissement des discussions » et non de « rupture ».

Pour l’instant, Dassault Aviation n’a pas souhaité faire de commentaires. Mais de deux choses l’une : soit il s’agit d’une manoeuvre pour faire plier Paris sur un ou plusieurs points de la négociation, soit c’est une façon de faire la place pour le F18 Super Hornet de Boeing, qui intéresserait également les Emirats.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].