Le Corps des Marines réfléchit à son avenir

L’US Marine Corp. (USMC) tient une place à part au sein des forces armées américaines et jouit d’un certain prestige, de part son histoire et ses participations à lune liste impressionnante de batailles, mais aussi en raison de la publicité que lui font les scénaristes d’Hollywood. Souvent, les héros durs à cuire sont d’anciens « marines », sans compter les films et les séries spécialement dédiés à ce corps d’armée, tels que le « Maître de guerre » avec Clint Eastwood ou encore les « Têtes brûlées » du légendaire Greg « Papy » Boyington (Baa Baa Black Sheep en anglais).

Si l’on devrait trouver un équivalent en France, l’on pourrait assimiler les Marines américains aux Troupes de Marine. L’origine de ces deux forces est d’ailleurs semblable étant donné que leurs soldats servaient initialement sur des bateaux. Et les deux sont également appelés à servir à l’extérieur de leurs frontières. Les similitudes les plus notables s’arrêtent là.

En effet, les troupes de Marine françaises dépendent de l’armée de Terre, alors que le Corps des Marines constituent une des cinq branches des forces américaines, c’est à dire qu’il est autonome. Il dispose en outre de ses propres unités aériennes, en plus de ses régiments d’infanterie et de blindés.

Fort d’environ 200.000 hommes, l’US Marine Corp a pour mission d’intervenir très rapidement et de manière autonome sur un théâtre d’opérations, sans attendre les moyens lourds de l’US Army.

Mais, selon le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, « les guerres post-11 septembre ont provoqué l’anxiété de certains au sujet du rôle futur du corps des Marines. Une anxiété liée au fait qu’en Irak et en Afghanistan, les Marines ont pendant des années fait office de deuxième armée de Terre. Selon cette perception, ils se sont trop éloignés de leurs racines expéditionnaires et amphibies ».

Aussi, le patron du Pentagone a demandé aux chefs de l’USMC de mener une réflexion sur l’avenir de cette force, car « fondamentalement, les Marines ne veulent pas devenir une autre armée de Terre, ni une force de police de l’US Navy et les Etats-Unis n’en ont pas besoin non plus ».

Cette réflexion abordera également des questions tactiques concernant les opérations amphibies ainsi qu’une collaboration plus étroite avec la marine américaine. Le secrétaire à la défense a donné un élément concret d’étude.

« La capacité unique des Marines à projeter des forces de combat depuis la mer dans des conditions incertaines est une capacité dont les Etats-Unis ont eu besoin au cours de la dernière décennie, et auront besoin à l’avenir » a-t-il déclaré le 13 août, lors d’un discours prononcé à San Francisco. Mais il a aussi estimé, dans le même temps, qu’il est « légitime de se demander si des débarquements amphibies à grande échelle dans le style de celui d’Incheon (ndlr, bataille de la guerre de Corée) sont encore faisables » étant donné l’existence de missiles anti-navires de longue portée, capables d’interdire tout débarquement.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].