Du nouveau pour la reconversion des militaires

Faciliter le retour des militaires à la vie civile. Telle est l’objectif du dernier projet de loi portant sur la reconversion des militaires.

Chaque année, 33.000 militaires quittent les armées. Certains n’ont pas pas accompli sous les drapeaux le nombre requis d’années pour avoir droit à une pension immédiate, dont le montant est, pour les non-officiers, compris entre 574 et 630 euros. D’autres ont atteint la limite d’âge de leur grade et de leur spécialité.

D’où l’importance de leur reconversion une fois rendus à la vie civile. L’Assemblée nationale vient donc d’adopter en première lecture, ce 7 juillet, un texte pour faciliter davantage l’accès à un emploi pour les militaires ayant quitté l’uniforme.

« Le taux global de reclassement des militaires est aujourd’hui de 69% : 71% pour les officiers, 73% pour les sous-officiers et 50% pour les militaires du rang » a indiqué Hervé Morin, le ministre de la Défense.

Le taux de reconversion des militaires du rang semble faible, d’autant plus que 92% d’entre eux quittent le service armé avant les 15 et bientôt 17 années requises pour avoir droit à une pension.

Toujours est-il que le nouveau projet de loi devrait permettre, in fine, d’assouplir les règles du congé de reconversion.

« Grâce à ce texte, le congé est désormais fractionnable par journées, dans la limite de 120 jours ouvrés cumulés, contre six mois consécutifs maximum actuellement » a ainsi expliqué Hervé Morin.

Il est prévu que durée totale d’un congé fractionné soit de deux ans. Les militaires totalisant moins de quatre ans de service pourront obtenir un congé de reconversion de 20 jours maximum.

Par ailleurs, le projet de loi prévoit aussi un congé d’un an, renouvelable une fois, pour la création d’entreprise pour les militaires ayant passé plus de huit ans sous les drapeaux.

Les commentaires sont fermés.