Violent accrochage au sud de Tagab : Un sergent du 2e REP tué (MàJ)

Le contingent français en Afghanistan a perdu son 43e militaire, ce 7 juin, au cours d’un violent accrochage au sud de Tagab, à une cinquantaine de kilomètres de Kaboul.

Depuis deux jours, la Task Force Altor (GTIA Surobi) est engagée, depuis deux jours, dans l’opération Altor Libeccu dont l’objectif est de contrôler le sud de la vallée de Tagab et de mener des actions civilo-militaires consistant à organiser des consultations médicales et des choura, c’est à dire des réunions avec les notables locaux.

Cet après-midi, une trentaine d’insurgés, ayant réussi à s’approcher de la localité de Payendakhel, sont tombés sur le dispositif de couverture mis en place par les militaires français, à proximité du Combat Outpost (COP) 51, construit en avril dernier.

La violence de l’engagement a nécessité un appui-feu fourni par deux hélicoptères de combat Tigre et deux chasseurs-bombardiers F15. Seulement, un sergent du 2e Régiment Etranger Parachutiste (REP), d’origine polonaise, a été mortellement touché par les éclats d’une roquette RPG-7.

Trois autres légionnaires, appartenant comme le sous-officier tué au Groupement de commandos parachutistes (GCP) de cette unité, ont été blessés par balles. Ils ont été mis à l’abri puis évacué par hélicoptère vers l’hôpital militaire français de Kaboul. L’amiral Christophe Prazuck, le porte-parole de l’EMA, a indiqué que le pronostic vital pour l’un d’entre eux est engagé.

Selon l’Etat-major des armées, les insurgés ont été « durement éprouvés » et « mis en fuite ». L’amiral Prazuck a précisé qu’ils avaient eu au moins 5 tués et 7 blessés dans leurs rangs.

Depuis l’engagement de la France en Afghanistan, et avec la mort de ce sous-officier, le 2e REP a perdu trois hommes : le sergent Rodolphe Penon, infirmier détaché auprès du 8e RPIMa, lors de l’embuscade d’Uzbeen d’août 2008 et, plus récemment, le caporal Robert Hutnik.

Au total, 10 soldats de la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF) ont perdu la vie, ce 7 juin, dont 7 américains, 2 australiens et donc, un français.  Pour la plupart, ils ont été victimes d’engins explosifs improvisés, dans des incidents séparés.

Addendum : Le sous-officier du 2e REP mort au combat est le sergent Konrad RYGIEL.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].