Un groupe islamiste somalien chasse les pirates

Principale base des pirates somaliens, la ville de Harardere, située à 500 km au nord de Mogadiscio, est tombé aux mains du Hezb al-Islam, une organisation islamiste rivale de la milice Shebab, laquelle a fait allégeance à al-Qaïda l’an passé.

En effet, des militants du Hezb al-Islam, à bord de quelques dizaines de pick-up lourdement armés sont entrés sans coup férir dans la ville, le 2 mai au matin, et en ont pris le contrôle.

« Harardere fait désormais partie des villes de Somalie où la charia (loi islamique, ndlr) est appliquée » a déclaré cheikh Ahmed Abu Yahya, un commandant du Hezb al-Islam, dont les propos ont été rapportés par l’AFP. « Nous sommes venus à Harardere pour y planter le drapeau de l’islam. Il n’y aura plus de piraterie ou d’activité criminelle de quelque sorte. A partir de ce jour, les gens obéiront à la loi islamique » a-t-il ajouté.

« Tous ceux qui tenteront de s’opposer à la Charia mourront au fil de l’épée des moujahidines. Aucun obstacle à la mise en oeuvre de la Charia ne sera toléré », a-t-il menacé. Et les partisans du Hezb al-Islam n’ont aucun état d’âme à appliquer la loi islamique. A titre d’exemple, en décembre dernier, deux hommes ont été exécutés près de Mogadiscio : l’un par lapidation pour adultère, l’autre, par une rafale de kalachnikov pour meurtre.

La prise d’Harardere n’est pas principalement motivée par une volonté de mettre un terme aux activités des pirates somaliens. En fait, elle vient après la prise du port de Kismayo, qui était alors contrôlé par le Hezb al-Islam, par les miliciens rivaux des Shebabs. Or, l’accès à la mer est d’une importance stratégique pour les islamistes car cela leur permet de faire venir des armes et des volontaires étrangers, ainsi que d’avoir un oeil sur les arrivées éventuelles de marchandises.

A priori, il ne serait pas dans les intentions du Hezb al-Islam de s’emparer des juteuses « affaires » des flibustiers d’Harardere. Lorsque le chef de ce mouvement, Hassan Dahir Aweys, était à la tête des Tribunaux islamiques, qui contrôlèrent briévement ce port en 2006, les pirates s’étaient tenus tranquilles.

Cela étant, la perte de Harardere ne signifie pas pour autant la mise en sommeil de l’activité des pirates somaliens. Ces derniers ont anticipé l’avancée du Hezb al-Islam et se sont repliés vers le port de Hobyo, situé à 220 kilomètres plus au nord.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].