Une antenne sonar de dernière génération perdue en mer

En avril 2006, la frégate « De Grasse » avait perdu un sonar d’une valeur de 3 millions d’euros lors d’un exercice mené dans des conditions météorologiques difficiles dans le golfe de Gascogne.

Et quatre ans plus tard, le même incident s’est reproduit, à la différence près que ce n’est pas un bâtiment de la Marine nationale qui est impliqué.

En effet, une antenne sonar de type CAPTAS 4249 (Combined Active and Passive Towed Array Sonar), qui doit équiper les frégates de la classe Aquitaine (FREMM), fruit d’un parteneriat franco-italien, a été perdu lors d’essai dans l’Atlantique.

Une fois qu’il est immergé entre 1 et 250 mètres de profondeur, cet équipement, technologiquement avancé et conçu par Thales, émet des impulsions sonar afin de détecter, selon le mode passif ou actif, des sous-marins et des torpilles.

« C’est arrivé lors du test d’un sonar remorqué à immersion variable. Il a été perdu lors d’essais et cet incident fait l’objet d’une enquête » a-t-on commenté chez Thales.

De sources militaires, ce matériel, qui coûte 3 millions d’euros, a été perdu en eaux profondes, il y a deux semaines, dans le golfe de Gascogne, alors que la mer était « difficile ».

Seulement, les caractéristiques de ce sonar sont confidentielles, d’où l’embarras que peut causer sa perte. Cela étant, sa récupération s’avère très délicate, ce qui limite toutefois le risque qu’il puisse tomber entre de mauvaises mains.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].