Ce n’est pas la collision, en février 2009, entre deux sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) de la Marine nationale et de la Royal Navy qui aura donné l’idée au président Sarkozy de proposer au Royaume-Uni une force de dissuasion conjointe. En effet, cette option a été mise sur la table par le chef d’Etat français