A400M : 500 avions pourraient être vendus en 30 ans

Il y aura sans doute de quoi se féliciter de l’aboutissement des récentes négociations entre EADS, la maison mère d’Airbus Military, et les sept pays clients de l’A400M sur la prise en charge des surcoûts générés par le développement de l’appareil.

En effet, et alors que les dirigeants d’EADS ont laissé plané la menace d’un arrêt pur et simple de l’A400M, Domingo Urena-Raso, le directeur d’Airbus Military a indiqué, ce 15 mars, que le potentiel de vente de l’appareil, hors Chine et CEI (ndlr: anciennes Républiques de l’URSS) est « de 500 avions dans les trente prochaines années ».

Sachant qu’une partie des surcoûts financés par les Etats clients prendra la forme d’ avances remboursables gagées sur les exportations de l’A400M, cette estimation constitue donc une bonne nouvelle, sous réserve, toutefois, qu’elle devienne réalité.

Et sans doute qu’elle permettra de faire accélerer le dossier en France où une polémique est née au sujet du financement de ces avances remboursables. Si la hausse du prix unitaire de l’A400M sera prise en charge par les crédits du ministère de la Défense à hauteur de 550 millions d’euros, en revanche, il reste à trouver les ressources nécessaires pour les 400 millions d’avances remboursables que la France s’est engagée à fournir.

La piste du grand emprunt national de 35 milliards d’euros, lancé par le président Sarkozy pour « la France de demain », a été évoquée. En effet, l’A400M correspondrait aux critères d’éligibilité pour en bénéficier étant donné qu’il présente des innovations technologiques qui auront des retombées dans d’autres secteurs et qu’il va créer plus de 10.000 emplois dans l’Hexagone.

« Ce serait en contradiction avec tout ce que nous avons voté, parce que les crédits étaient destinés à l’avion vert du futur et que l’A400M, ce n’est pas l’avion du futur » a cependant estimé Jean Arthuis, le président de la commission des finances du Sénat, qui s’oppose donc à cette idée.

Cela étant, Domingo Urena Raso a souligné l’importance du marché américain pour l’A400M sans préciser la stratégie que compte mettre en oeuvre Airbus Military pour s’y prendre pied. « Si nous avions un partenaire américain, cela nous donnerait un point d’entrée mais ce n’est pas le seul point d’entrée » a-t-il ainsi déclaré. Il est certain que les déconvenues d’EADS et de son allié Northrop-Grumman lors de l’appel d’offres portant sur le remplacement des avions ravitatailleurs de l’US Air Force influenceront les choix des dirigeants du groupe européen.

La stratégie pour l’exportation de l’A400M, qui inclut le prix auquel il sera proposé, devrait être prête à compter de la seconde partie de l’année 2010.

Par ailleurs, le directeur d’Airbus Military a donné des informations sur le rythme de production des A400M. Ainsi, quatre appareils devraient être fabriqués en 2013 et cette capacité serait doublée l’année suivante. En 2016, il est prévu que les usines de l’avionneur sortent « 2 à 2.5 » avions par mois.

Quant aux essais en vol, qui ont commencé le 11 décembre 2009, ils ont été ralentis par les conditions météorologiques. « Dix vols d’essais ont été effectués (…) soit 40 heures 15 cumulées » a précisé Domingo Urena-Raso. Depuis la semaine passée, les tests se déroulent à Toulouse.

Enfin, l’assemblage de l’avion d’essai numéro 3 est sur le point d’être terminé. Cet appareil (MSN0003) devrait normalement prendre les airs avant la fin du premier semestre.

Les commentaires sont fermés.