La frégate Nivôse, bête noire des pirates somaliens

Actuellement affectée à l’opération antipiraterie de l’Union européenne Atalante, la frégate française « Nivôse » s’est une nouvelle fois illustrée dans l’océan indien.

En mai 2009, ce bâtiment de la Marine nationale avait été attaqué par les pirates somaliens qui croyaient s’en prendre à un navire commercial. Tel est pris qui croyait prendre : son équipe d’intervention avait alors capturé 11 bandits des mers et saisi leur armement, constitué par des roquettes et des fusils d’assaut kalachnikov. La semaine précédent cet assaut, le Nivôse avait intercepté 11 autres pirates qui voulaient s’en prendre au cargo Safmarine Asia.

Cette fois, la frégate Nivôse est venu à la rescousse du Beautemps-Beaupré, le bâtiment hydro-océanographique de la Marine nationale. Alors qu’il naviguait à 180 milles nautiques à l’est de Mogadiscio, le 4 mars, son équipage repére deux embarcations rapides et ce qui paraît alors être un bateau-mère suspects.

Les deux skiffs mettent alors le cap sur le Beautemps-Beaupré avec manifestement des intentions hostiles. Le navire « a procédé aux sommations d’usage, par radion, moyens sonores et visuels avant que l’équipe de protection embarquée (EPE) ne doive procéder à des tirs de semonce pour repousser les pirates déterminés à monter à bord à l’aide d’échelles mobiles » a indiqué l’état-major des armées (EMA).

L’action de l’EPE a réussi à dissuader les pirates de poursuive leur assaut. Pendant ce temps, le Beautemps-Beaupré a lancé un message d’alerte, lequel a été reçu par l’état-major de l’opération Atalante.

Comme la position du Nivôse était relativement proche de la zone de l’attaque – à 150 nautiques -, c’est naturellement lui qui a été désigné pour rejoindre le bâtiment hydro-océanograpique. Avant d’arriver les lieux, la frégate a fait décoller un hélicoptère Panther pour pister les pirates.

Finalement, ce jour au matin, l’action « combinée du Panther et de deux embarcations du Nivôse » ont conduit à la reddition puis à l’arrestation des 11 assaillants du Beautemps-Beaupré. Ces derniers ont été embarqués à bord de la frégate française et leurs embarcations ont été détuites.

Seulement, comme les pirates n’ont pas été pris en flagrant délit, il se pourrait qu’ils n’aient à risquer sur le plan judiciaire. Il est en effet fort probable qu’ils soient renvoyés en Somalie, à moins que les autorités françaises en décident autrement.

Addendum : Ce même jour, la frégate Nivôse a neutralisé trois autres embarcations pirates, à 90 nautiques de sa première intervention. La présence d’éléments hostiles avait été précédemment signalée à l’état-major d’Atalante. Au total, le bâtiment français a interpellé 22 pirates en 24 heures.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.

Commentaires

  1. de gribouille

    Répondre

  2. Répondre

  3. de Montjoie!

    Répondre

  4. de Magestelle

    Répondre

  5. de Magestelle

    Répondre

  6. Répondre

  7. de Dejan

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>