Nouveaux drones américains

Récemment, le magazine spécialisé Air&Cosmos avait publié une photo de qualité médiocre d’un mystérieux drone opérant en Afghanistan. Surnommé la « bête de Kandahar », cet engin volant n’avait pas pu être formellement identifié, du moins jusqu’à la diffusion, par Secret Défense, d’une photographie bien meilleure que la précédente.

Avec ses allures de B2 Spirit, conçu par Northrop-Grumman, certains ont cru reconnaître le drone P-175 Polecat de Lockheed-Martin. A l’origine, ce dernier était un prototype du constructeur américain, dont un exemplaire a été perdu en décembre 2006.

Ce projet, financé en interne et démarré en 2005, visait initialement à développer un drone d’une envergure de 27,44 métres et pouvant emporter une charge de 450 kg. Et, il semblerait donc que la bête de Kandahar soit une variante tenue secrète du Polecat, imaginée par les équipes du Lockheed Martin’s Advanced Development Programs (ADP), encore appelé Skunk Works, connu pour être à l’origine des avions espions U2 et SR-71 Blackbird, ainsi que des chasseurs bombardiers F117.

Finalement, c’est le magazine Aviation Week qui a obtenu le fin mot de cette histoire. En effet, l’US Air Force a confirmé que la photographie publiée par Secret Défense était bel et bien celle d’un appareil jamais vu auparavant et qu’il s’agissait d’un drone RQ-170 Sentinel, actuellement évalué par le 30th Reconnaissance Squadron du Tonopah Test Range (Nevada). Etant nom que son appellation indique qu’il s’agit d’un appareil destiné à réaliser des missions de surveillance, on peut supposer que sa présence en Afghanistan, où son utilité contre les insurgés taliban reste à prouver, est liée à la proximité géographique avec l’Iran et le Pakistan.

Autre nouveau drone américain : celui qui a récemment été livré par General Atomics Aeronautical Systems à la police américaine des frontières (US Customs and Border Protection). En fait, cet engin, appelé Guardian, n’est pas totalement nouveau puisqu’il est dérivé du Predator B. Capable de tenir les airs pendant 20 heures et optimisé pour la surveillance maritime, il sera utilisé prioritairement pour lutter contre les trafiquants de drogue qui utilisent de petites embarcations pour s’infiltrer en Californie via l’océan Pacifique. Les essais de ce drone devrait être terminés d’ici au printemps 2010.

Pour aller plus loin : à lire, cet excellent article de l’Alliance géostratégique, au sujet de la « casse » des drones américains

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].