Le brigadier Guissé est bien français!

« Ce sont des procédures qui relèvent plus de Kafka que d’une République qui cherche à réconcilier les hommes » avait déclaré Hervé Morin, le ministre de la Défense, après avoir reçu le brigadier Ounoussou Guissé, qui sert actuellement au 1er Régiment de Hussards parachutistes de Tarbes.

Son père, d’origine sénégalaise, s’était vu retirer sa nationalité française, qu’il avait pourtant légalement choisi au moment de l’indépendance du Sénégal, après une réinterprétation de la loi en vigueur au moment des faits. Du coup, le jeune militaire s’est vu contester sa nationalité française.

Pourtant, un jugement du tribunal de grande instance de Rouen avait confirmé, le 19 septembre 2008, le fait que le jeune brigadier était bel et bien français, changement de loi ou pas. Sauf que cette décision avait été contestée par le parquet, qui avait fait appel.

L’affaire avait été ensuite examinée le 6 octobre dernier par la cour d’appel de Rouen. Le militaire s’était d’ailleurs rendu à l’audience en uniforme et avec ses médailles. Soutenu par l’armée de Terre et par le ministre de la Défense, Ounoussou Guissé n’avait plus qu’à attendre la décision des juges.

Et finalement, le hussard-parachutiste a obtenu gain de cause, les magistrats, dans leur avis rendu ce 18 novembre, ayant constaté la prescription de « l’action en contestation en nationalité » qui était engagée contre lui.

Il reste désormais à Amara, le frère d’Ounoussou Guissé, de connaître le même dénouement. En effet, cet ancien artilleur du 12e Régiment d’Artillerie est actuellement en train de vivre la même injustice.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]